Peste porcine africaine: la filière française s'inquiète

Zone infectée à la Peste porcine africaine de 63.000 hectares, en Belgique
Zone infectée à la Peste porcine africaine de 63.000 hectares, en Belgique - © AFSCA

Le ministère français de l'Agriculture a reçu les différents acteurs de la filière porcine pour faire le point sur la situation, ce vendredi après-midi. Alors que deux cas de peste porcine africaine ont été détectés en Province de Luxembourg ce jeudi, les autorités françaises prennent des mesures pour contrer une menace économique importante dans l'Hexagone.

Au lendemain de la détection de deux cas de Peste porcine africaine en Belgique, les acteurs français de la filière porcine ont été reçus par la Direction générale de l'Alimentation, qui dépend du ministère de l'Agriculture. Éleveurs, abatteurs, vétérinaires et chasseurs ont participé à cette réunion. L'objectif principal était qu'ils présentent leur stratégie pour contrer l'entrée de la maladie des suidés sur le territoire français.

Mesures de prévention

Si les éleveurs porcins sont très engagés dans la prévention, c'est notamment parce que la menace de peste les inquiète depuis plusieurs mois, sachant que la maladie existe depuis quatre ou cinq ans dans les pays de l'Est de l'Europe. C'est donc bien préparés que les acteurs de la filière ont interpellé les autorités. Des mesures ont ainsi été prises, notamment auprès des chasseurs de France.  Il leur est d'abord demandé de restreindre la chasse dans les communes qui longent la frontière belge, de manière à éviter au maximum les déplacements d'animaux. Mais aussi d'organiser des actions de surveillance de l'état sanitaire des sangliers. Du côté des élevages, les autorités rappellent les règles de biosécurité, demandent d'isoler les bâtiments contre les animaux sauvages, et de porter "une attention particulière au développement frontalier avec la Belgique."

Tout un secteur en danger

C'est la Bretagne qui est particulièrement concernée par le risque économique que représente la maladie, puisque 60% de la production porcine de France viennent de cette région du pays. Si le virus devait passer la frontière, c'est toute une filière pérenne qui serait en danger. Concrètement, si un cas est détecté dans un élevage de l'Hexagone, il sera directement question d'un abattage total. Mais également d'une désinfection complète des lieux, de l'instauration d'un périmètre de sécurité, d'une maîtrise du mouvement des animaux et d'un contrôle de tout ce qui entrera et sortira de l'exploitation victime. Bref, une éradication immédiate qui représenterait une perte colossale pour tout éleveur concerné.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK