"Pessah", la pâque juive: une célébration pleine de symboles

C'est une cérémonie multimillénaire, le souvenir d'il y a 3300 ans, quand les esclaves hébreux ont quitté l'Egypte pour finalement devenir un peuple libre: le peuple juif. Des milliers d'années plus tard, les juifs du monde entier célèbrent la Pâque par le rite du séder, un repas rempli de symboles.

Parmi ces symboles, on retrouve par exemple une pâte à la cannelle qui évoque les briques que les esclaves juifs devaient fabriquer. Au centre d’une assiette, le bol d'eau salée symbolise les larmes alors que l'œuf de Pâque représente la vie. "L’œuf est un symbole extrêmement double puisque l’œuf est la source de vie et en même temps il suffit d’un rien pour l’écraser. Cela veut dire que la vie est extrêmement fragile, qu’elle ne tient qu’à un rien, c’est un rappel permanent du prix de la vie", explique Thomas Gergely, l’hôte de la soirée.

Hier soir, le maître de maison recevait de la famille et des amis juifs et non-juifs car la Torah dit que l'étranger est toujours le bienvenu, comme l’était Jean-Pierre, un peu athée, un peu bouddhiste mais présent pour la célébration chez les Gergely.

Valeurs, souvenir, histoire et culture

"Il y a des paroles de sagesse, de sagesse universelle, que j’apprécie beaucoup parce qu’il y a, entre autre, les paroles sur l’étranger et les devoirs envers l’étranger qui me touchent", explique Jean-Pierre qui insiste : "C’est assez exceptionnel dans le monde et dans les cultures de trouver un tel respect pour les visiteurs", poursuit l’invité.

Pour Thomas Gergely, ces valeurs sont universelles et se fondent notamment sur la question fondamentale de la liberté : "Qui a droit à la liberté ? Tout le monde !". Mais il évoque aussi "Ce qu’il faut faire et à quel degré il faut agir pour combattre l’esclavage, on ne peut pas permettre que les gens vivent dans l’esclavage". L’hôte de la soirée insiste sur le fait que le judaïsme est aussi une religion de mémoire qui est "construite en permanence sur le souvenir".

Tout au long de la semaine, les juifs célèbrent la Pâque. Dimanche, ce sera au tour des Chrétiens de célébrer "les Pâques au pluriel", car les Pâques chrétiennes commémorent de multiples événements, de la sortie de l'Egypte à la résurrection du Christ.

Alexandre Mitea et Kamel Azzouz avec Grégoire Ryckmans

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK