La population belge va augmenter dans les deux ans à venir, notamment à cause des réfugiés

Perspectives démographiques en Belgique: les fluxs migratoires provoquent une hausse à court terme
Perspectives démographiques en Belgique: les fluxs migratoires provoquent une hausse à court terme - © Picasa 2.6

Le Bureau fédéral du Plan et la Direction générale Statistique ont mis à jour leurs perspectives démographiques. Selon eux, la population augmenterait d’environ 85 000 habitants en 2016 et en 2017. La moitié de cette croissance s’explique par le flux additionnel de réfugiés. Bien qu’étant important, ce niveau d’augmentation de la population n’est pas exceptionnel. De tels niveaux ont déjà été observés dans un passé récent, notamment entre 2007 et 2011.

À long terme, la croissance moyenne de la population entre 2020 et 2060 serait de 40 000 habitants par an (pour 50 000 habitants sur la période 1991-2014).

Une hausse des flux migratoires à court terme

Il est important de rappeler certaines nuances en matière de statuts et d’appellations. Un demandeur d’asile est une personne qui a quitté son pays d’origine et sollicite une protection en introduisant une demande de protection internationale. Un réfugié, lui, est un demandeur d’asile reconnu par les autorités compétentes. Un demandeur d'asile intègre les statistiques uniquement à partir du moment où il reçoit le statut de réfugiés de bénéficiaire de la protection
subsidiaire. Ces derniers sont des personnes étrangères qui ne remplissent pas les conditions pour être reconnus réfugiés et qui courent un risque réel de subir des atteintes graves (torture, peine de mort, menaces de mort, ...) en cas de retour dans leur pays d’origine. L’impact de la crise migratoire sur les
chiffres de population est donc retardé et atténué à cause de l'obtention ou non de ces statuts. Les prévisions tablent sur un chiffre de 70 000 réfugiés ou bénéficiaires de la protection subsidiaire sur les années 2016 et 2017.

Un rythme de croissance ralenti

De manière plus globale, le bureau estime qu'à l’horizon 2060, la population en Belgique augmentera de 1,8 million d'habitants par rapport à 2015, soit une augmentation de 16%, cela représente une croissance moyenne de 40 000 habitants par an sur cette période (contre 50 000 par an sur la période 1991-2014).

En ce qui concerne le solde migratoire externe, soit la différence entre les immigrations et les émigrations internationales, il se situe, à long terme, à 20 000 individus par an. Le bureau rappelle que le solde migratoire externe est le principal facteur de croissance de la population à l’échelle du pays. 

Le solde naturel, soit la différence entre les naissances et les décès, est, par contre,à la baisse. Cette baisse s’explique en particulier par la hausse des décès suite à l’arrivée progressive des générations du baby-boom dans la catégorie d’âge des plus de 85 ans à partir de 2030, précise le bureau.

A Bruxelles, la croissance moyenne de la population entre 2020 et 2060 serait d’environ 8 000 habitants supplémentaires par an, 17 000 dans la Région flamande et 11 000 dans la Région wallonne. C'est moins que ce qui a été observé sur la période 1991-2014.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK