Personnel soignant testé positif prié de travailler, Epicura évoque une erreur de communication

Le personnel soignant doit être écarté en cas de test positif au covid-19, c'est ce que recommande Sciensano
3 images
Le personnel soignant doit être écarté en cas de test positif au covid-19, c'est ce que recommande Sciensano - © Morsa Images - Getty Images

Erreur de communication ou pression maximale sur le personnel soignant ? Que s’est-il passé au sein du groupe hospitalier Epicura (trois hôpitaux : Ath, Hornu et Baudour). La semaine dernière, le courrier d’information interne au personnel précise les dispositions en cas de maladie. Voici ce qu’on y lit : "si vous faites partie du personnel soignant, que vous présentez une température supérieure à 38,5 ET des symptômes d’infection aiguës des voies respiratoires […], vous serez testés. Si vous êtes positif et capable de travailler, nous avons besoin de vous…". Travailler en milieu hospitalier quand on est positif et donc assurément contagieux ? Voilà une demande qui a fait bondir beaucoup de médecins et de membres du personnel infirmier. Nous avons contacté plusieurs d’entre eux qui nous ont affirmé être profondément choqués mais difficile d’obtenir des témoignages. La direction a donné la consigne stricte de ne pas parler aux médias. Les langues se délient quand même. Un membre du personnel nous livre ceci : "Nous qui pensions naïvement avoir un minimum de considération de la part de la direction au vu du travail particulièrement lourd et risqué qui nous est imposé actuellement… A la lecture de ce mail nous demandant de venir travailler dans les conditions que vous connaissez, quelle ne fut pas notre réaction : déception, dégoût, profonde colère, incompréhension… Pas de mot assez fort pour qualifier cette attitude de leur part !"

Erreur de communication ?

Contactée, la direction se limite d’abord à nous dire qu’il n’y a pas de problème, que le groupe hospitalier applique à la lettre les recommandations de Sciensano. L’institut de santé publique indique pourtant dans sa procédure pour les hôpitaux que pour les membres du personnel présentant des symptômes faibles sans fièvre, un prélèvement n’est pas requis. Si l’état clinique le permet, le travail est autorisé. MAIS s’il y a des symptômes respiratoires et de la fièvre un test est requis. "Si le cas est confirmé, l’isolement à domicile est indiqué pendant minimum 7 jours après le début des symptômes […]". Voilà qui ne correspond pas vraiment au courrier d’Epicura. Placée face à cette évidente contradiction, la direction mal à l’aise nous rappelle et affirme qu’il y a eu une erreur de communication, "une mauvaise traduction" de la procédure adoptée par l’hôpital. On imagine pourtant bien que le service communication de l’hôpital soumet ses publications à la relecture de la direction et des médecins, surtout quand il s’agit d’une situation aussi délicate ! "Nous avons été trop légers dans la manière de relire la communication, reconnaît Fabienne Draux, directrice générale adjointe d’Epicura, mais je viens de reprendre le PV de la réunion que nous avions eu juste avant et dans ce document, on précise bien les mesures d’éviction de 7 jours".

"On ne doit pas nous jeter dans la fosse aux lions"

Cette thèse de l’erreur, notre interlocuteur n’y croit pas du tout : "ils l’ont fait en connaissance de cause". Cette personne évoque les pressions sur le personnel : "quand les gens commençaient à tomber malades, les cadres passaient dans les services et nous disaient que si on était malade, on serait écarté maximum une semaine et encore, si on avait de la température… non, non, ils savent très bien ce qu’ils font". Comme d’autres membres du personnel, il invoque les risques de contamination des patients et des collègues : "nous ne sommes pas un bout de viande que l’on jette dans la fosse aux lions".

Quelle que soit l’origine de cette communication, elle a créé l’émoi au sein du personnel. La direction devrait rappeler la procédure prévue par Sciensano, en attendant, des membres du personnel testés positifs sont-ils venus travailler dans les hôpitaux ? Il semble impossible de répondre à cette question ?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK