Hells Angels: trois des 12 personnes interpellées ont été libérées

Dans le cadre d’une enquête du parquet fédéral, 18 perquisitions ont menées mardi soir par la police judiciaire fédérale du Limbourg à la demande d’un juge d’instruction du Limbourg, division Tongres. Des armes et de la drogue ont été saisies (voir photo), ainsi que de l'argent. L'opération a nécessité plus de 100 policiers, douze personnes dont dix Hells Angels ont été interpellées pour audition.

"Des douze personnes interceptées (...), le juge d’instruction en a libéré 3 après audition par la police fédérale judiciaire du Limbourg", indique le Parquet fédéral dans un communiqué diffusé mercredi soir. Un mandat d'arrêt a été délivré pour 5 personnes. "En ce moment le juge d’instruction n’a pas encore pris une décision en ce qui concerne les 4 dernières personnes", conclut le communiqué. 

La police est massivement descendue mardi soir dans les locaux de clubs de motards Hells Angels à Rekem (Lanaken) et Genk. Ces perquisitions avaient lieu dans le cadre d'une enquête menée par le parquet fédéral, confirme ce dernier. En parallèle des descentes de police à Rekem et Genk, des perquisitions ont été menée à seize endroits à travers le pays.

Des armes à feux, des armes blanches, un lance-roquettes, de la drogue, de l'argent liquide, des logos nazis et du matériel de police ont été saisis. Cette opération a été mise en place dans le but de lutter contre la criminalité de ces bandes. "La situation frontalière du Limbourg joue un rôle important, explique Wenke Roggen, porte-parole du parquet fédéral. On voit que, de par la politique dure menée dans les pays voisins, les bandes criminelles de motards qui sont interdites à l'étranger cherchent une nouvelle base d'opération dans la province du Limbourg".

Boom des clubs dans la région

Les Hells Angels sont connus pour leur look reconnaissable, leurs Harley Davidson mais aussi parfois pour des faits de criminalité. Ils seraient de plus en plus présents dans le Limbourg. "Nous constatons un boom en ce moment du nombre de clubs à Maasmechelen et à Genk, constate Rudi Schellingen de la zone de police Carma (Genk & environs). Nous avons deux clubs complets de Hells Angels, ce qui est très étonnant alors qu'ils ne sont qu'à quinze kilomètres l'un de l'autre. Et nous comptons aussi une dizaine de clubs qui les soutiennent". 

"Le juge d'instruction est saisi d'une multitude de faits: extorsion, infraction à la législation sur les armes et sur les stupéfiants, appartenance à une organisation criminelle, vol avec violences, exploitation de la prostitution, exploitation d'une maison de débauche, menaces, coups et blessures volontaires et incendie volontaire la nuit", liste Wenke Roggen.

Une perquisition a également été menée par les autorités néerlandaises à Sevenum à la demande du juge d’instruction. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK