Perquisitions chez un ancien de Sharia4Belgium: deux mandats d'arrêt

Jean-Louis Denis lors de son interview par la RTBF en avril dernier
2 images
Jean-Louis Denis lors de son interview par la RTBF en avril dernier - © RTBF

C'est une info RTBF. Des perquisitions ont été menées tôt ce lundi matin par la police fédérale. L'homme visé en priorité est un Belge d'une quarantaine d'années converti à l'islam. Son nom : Jean-Louis Denis. Il était déjà dans le collimateur de la justice pour des prêches virulents contre l'Occident. Cet ancien leader de Sharia4Belgium est suspecté d'avoir incité des jeunes à partir combattre en Syrie. Une enquête judiciaire était en cours depuis plusieurs mois. Un jeune homme mineur a été libéré sous conditions par le juge de la jeunesse de Bruxelles. Il sera placé dans une institution fermée dès qu'une place se libère. Deux des quatre autres personnes arrêtées lundi ont été placées sous mandat d'arrêt.

Du mouvement ce lundi matin avant l'aube au pied d'un immeuble d'Ixelles. C'est là qu'habite Jean-Louis Denis. Une dizaine d'enquêteurs débarquent pour perquisitionner son appartement, et pas seulement le sien apparemment.

L'homme est emmené peu après. Ce Bruxellois de 39 ans est converti à l'islam depuis 8 ans. C'est un ancien membre de Sharia4Belgium, l'organisation islamiste soi-disant dissoute de Fouad Belkacem.

Jean-Louis Denis, dit "Le Soumis", est très actif sur le terrain bruxellois comme Belkacem l'était à Anvers. Avec son asbl "Le resto du Tawhid" il a procédé pendant longtemps à la distribution de vivres aux démunis du côté de la gare du Nord. Le hic, c'est qu'il en profitait pour proférer des discours religieux radicaux et surtout, inciter des jeunes à partir combattre en Syrie. Il est donc devenu persona non grata dans ce quartier sur ordre du bourgmestre de Schaerbeek.

Ainsi mis sur la sellette, Jean-Louis Denis a toujours nié une quelconque activité de recruteur. Nous l'avions interrogé en avril dernier à ce propos.

N'empêche, deux adolescents, élèves de l'Athénée Fernand Blum, partis en Syrie en avril, ont précisément participé à ces distributions de repas et à ses prêches. Jean-Louis Denis n'a pas pour seul terrain de jeu les environs de la gare du Nord. Il est aussi très actif sur internet. Qu'il s'agisse de Facebook ou de YouTube. On y retrouve à profusion des discours radicaux et des incitions au djihad.

Le parquet fédéral a livré quelques précisions à propos de ces arrestations: elles font suite à l'enquête menée depuis le mois d'avril sur le départ de ces élèves vers la Syrie, confirme-t-il. Cette enquête, menée en collaboration avec la Sûreté de l'Etat, révèle "un processus de radicalisation de ces jeunes qui arrivent à rejeter l’éducation des parents ainsi que les valeurs fondamentales de notre société démocratique" selon le parquet.

En tout, 6 perquisitions ont été menées dans des communes bruxelloises et à Londerzeel, et 5 personnes ont été arrêtées: Jean-Louis Denis, sa femme, deux autres adultes ainsi qu'un adolescent de 17 ans. Des documents, des GSM et du matériel informatique ont été saisis et sont analysés.

Les ministres de l'Intérieur et de la Justice satisfaites

Les ministres de l'Intérieur et de la Justice, Joëlle Milquet et Annemie Turtelboom, ont rappelé lundi que l'action d'envergure menée lundi contre des milieux islamistes et qui a conduit à l'arrestation de 5 personnes fait partie d'une "stratégie collective". "Depuis le début, Joëlle Milquet et Annemie Turtelboom font de la lutte contre le radicalisme violent et le terrorisme leur priorité. Au-delà de toutes les mesures déjà prises, l'opération d'envergure menée ce matin fait partie de la stratégie collective mise en oeuvre en la matière, en collaboration étroite avec tous les services qui suivent la situation de près, gèrent les dossiers dans la discrétion et collaborent étroitement. Les ministres tiennent vivement à les remercier et entendent poursuivre, plus que jamais, toutes leurs actions, avec fermeté", ont-elles déclaré dans un communiqué commun.

A. L. avec R. Sadani et agences

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK