Pékin-Bruxelles en train, sans un nuage

RTBF
RTBF - © RTBF

Conséquence inattendue de l'éruption du volcan islandais et du nuage de cendres qui a paralysé les espaces aériens, trois jeunes Belges d'une vingtaine d'années, bloqués en Chine, ont décidé de prendre le train pour regagner la Belgique...

Alice, Sara et Maxime n'oublieront pas de sitôt leur voyage en Chine ou plutôt leur retour de Pékin vers la Belgique. Bloqués à l'aéroport de Pékin en raison de la fermeture des espaces aériens européens à la fin du mois d'avril, ils ont décidé de prendre les choses en mains et, au lieu d'attendre une hyptohétique reprise des vols vers l'Europe, ils se sont dirigés vers le gare de Pékin pour rentrer en train... C'est donc grâce au rail qu'ils ont quitté le sol chinois via la frontière avec la Russie (ils ont dû acheter des visas avant leur départ) pour commencer un trajet de six jours avant de rejoindre Moscou. Sur leur chemin, peu d'occasions de mettre le nez hors du train sauf pour acheter des provisions dans les gares mais l'opportunité d'admirer de superbes paysages du Lac Baïkal à l'Oural. Arrivés à Moscou, ils se sont offerts une pause d'une journée pour visiter la ville avant de prendre un autre train direction Kiev en Ukraine. A Kiev, ils ont rejoint l'aéroport pour finalement prendre l'avion vers Bruxelles via Copenhague. Cette aventure de 8 jours aura évidemment coûté bien plus cher que l'avion mais ils gardent une foule de souvenirs inoubliables de ce voyage qui reste un des plus longs trajets ferroviaires au monde.    

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK