Pédophilie: la fraternité Saint-Pie-X échappe au contrôle de l'Eglise

Un prêtre suisse de la Fraternité Saint-Pie-X est actuellement poursuivi en appel à Bruxelles pour des faits de pédophilie sur trois garçons de moins de 16 ans. Les faits se seraient déroulés en 2010-2011 à l’école Notre-Dame de la Sainte-Espérance d’Ixelles.

La Fraternité avait d’abord "géré" l’affaire en interne, décidant que les rapports entre le prêtre et les jeunes seraient surveillés pendant 10 ans, et qu’il n’aurait plus accès à internet. Cette gestion quelque peu "amateure" de la situation s’est répétée dans différentes écoles françaises de la Fraternité. Nos confrères de l’Obs y consacrent un dossier cette semaine. La Fraternité a jugé certains de ces prêtres lors de "procès canoniques", sans prévenir la Justice française.

L’Eglise catholique, qui a également fait face à de nombreux scandales de pédophilie, a également géré pendant des années les affaires de pédophilie en interne, mais elle en est revenue après avoir été inquiétée par la justice et a développé des garde-fous pour éviter que ce type d’affaires ne se reproduise. Rien de tel du côté de la Fraternité Saint-Pie-X, qui n’a aucun compte à rendre à Rome.

Qui sont les Lefebvristes ?

Fondée par Marcel Lefebvre en 1970, la Fraternité Saint-Pie-X a refusé les réformes jugées trop progressistes du concile Vatican II. Ils ont notamment souhaité garder la soutane et la messe tridentine (en latin). "Ils sont traditionalistes effectivement, explique Caroline Sagesser, chercheuse à l’Observatoire des religions et de la laïcité de l’ULB. Ce qu’on sait le plus souvent, c’est qu’ils refusent la nouvelle liturgie définie par Vatican II. Ils pensent aussi que le relativisme est une mauvaise chose, tout comme la liberté religieuse puisqu’ils pensent que la Vérité a été amenée par le Christ. Et par ailleurs, ils se situent souvent à l’extrême droite de l’échiquier politique. On constate des connections entre certains mouvements comme Belgique et Chrétienté et la Fraternité Saint-Pie-X ".

Pour comprendre la ligne de pensée de certains d’entre eux, pointons le blog d’un militant du Mouvement pour la France, Valentin Beziau. Sur son blog, il référencie des écoles où il invite les catholiques à inscrire leurs enfants pour qu’ils n’aient pas à "subir la propagande maçonnique (laïcité, homosexualité, théorie du genre, …) des écoles publiques ".

Un statut assez flou

Des traditionalistes, il en existe aussi au sein de l’Eglise catholique. La particularité des Lefebvristes est leur statut assez flou, Marcel Lefebvre ayant été excommunié en 1988 quand il a commencé à consacrer des évêques. "Ils ont un pied dedans, et un pied dehors", résume Caroline Sagesser. Car depuis lors, le pape Benoît XVI a levé l’excommunication, une main tendue par le pape qui a dans un premier temps été rejetée par la Fraternité. Allant un pas plus loin, le pape François a décidé de reconnaître la légitimité des mariages célébrés au sein de la Fraternité. Celle-ci se divise de plus en plus entre partisans et résistants au rapprochement avec Rome.

A la conférence épiscopale de Belgique, on nous explique pourtant que la Fraternité "ne fait pas partie de l’Eglise catholique". Caroline Sagesser nous confirme qu’ils ne sont en tout cas pas reconnus par l’Etat belge. "Ils ne reçoivent pas de traitement du SPF Justice, précise-t-elle." Ils échappent aussi au contrôle du Vatican.

"L’Eglise catholique a pris la mesure du problème de la pédophilie et a mis en place des dispositifs pour prévenir de nouveaux cas de pédophilie en son sein, notamment au niveau de la formation des prêtres, des instances de recours etc. alors que la Fraternité n’est pas intégrée dans ces dispositifs et n’a donc pas bénéficié de ces mesures. Dans le cas qui nous occupe, on est face à un cas de prêtre pour lequel on a ignoré les premières alertes, les premières plaintes. La Fraternité a décidé de faire silence sur ces actes-là, comme l’Eglise catholique l’a fait pendant de nombreuses années, mais je pense qu’aujourd’hui l’Eglise catholique réagirait de manière beaucoup plus vigoureuse. Il n’y a plus cette omerta de rigueur dans les cas de pédophilie ".

La Fraternité Saint-Pie-X connaît un certain succès en France. En Belgique, Caroline Sagesser nous dit avoir été surprise par le nombre de fidèles présents à l’Eglise Saint-Joseph du square Frère-Orban, un certain dimanche. Par contre, elle qui comptait trois écoles (à Namur, Bruxelles et Anvers), n’en compte plus que deux. Celle de Bruxelles, où ont été commis les faits jugés en ce moment, compte une grosse quarantaine d’élèves, celle d’Anvers, une quinzaine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK