Pêche commerciale à la baleine au Japon: "En décalage par rapport à la communauté internationale"

Pêche commerciale à la baleine au Japon: "En décalage par rapport à la communauté internationale"
Pêche commerciale à la baleine au Japon: "En décalage par rapport à la communauté internationale" - © INSTITUTE OF CETACEAN RESEARCH - AFP

Le Japon l'a annoncé mercredi, il se retire de la Commission baleinière internationale (CBI), dès l'année prochaine, dans le but de reprendre la pêche commerciale à la baleine. Cette pêche est pourtant interdite par la Commission baleinière internationale depuis 1986.

En réalité, le Japon contournait déjà cette interdiction sous prétexte de recherche scientifique.

La Belgique comme l'Union européenne regrettent cette décision et prônent le maintien du moratoire sur la chasse en l'absence de certitude sur l'importance des stocks de baleines.

Pour Stéphanie Langerock qui représente la Belgique au sein de cette Commission, cette décision a à la fois des avantages et des inconvénients.

"La décision du japon a comme côté positif que le Japon doit cesser de chasser les baleines dans l'hémisphère sud, parce que pour l'instant ils le font sous des permis scientifiques issus de la Commission baleinière internationale. En quittant l'organisation ils doivent aussi quitter cette chasse-là. L’inconvénient, c'est qu'ils ont pris cette décision dans le but de recommencer la chasse à la baleine dans leur zone économique exclusive et qu'ils vont, à moyen terme, chasser des baleines dans les environs du Japon."

"Agir de toute urgence"

Du côté des organisations de défense des animaux, Greenpeace Japon condamne, dans un communiqué, cette annonce "en décalage par rapport à la communauté internationale".

Le directeur exécutif de Greenpeace Japon précise que "le gouvernement japonais doit agir de toute urgence pour conserver les écosystèmes marins plutôt que de reprendre la chasse à la baleine". Il ajoute qu'"en tant qu'hôte du G20 en 2019, il doit réaffirmer son engagement envers la CBI et donner la priorité aux nouvelles mesures en faveur de la conservation marine."

Pour l'organisation, "la surpêche dans les eaux côtières japonaises et en haute mer a conduit à l'épuisement de nombreuses espèces de baleines. La plupart des populations de baleines n'ont pas encore été retrouvées, y compris les grandes baleines telles que les rorquals bleus, les rorquals communs et les rorquals noirs."

Sujet du JT sur la reprise de la pêche à la baleine par le Japon (mercredi 26 décembre):

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK