Coronavirus: pas de panique si vous revenez d'Italie sans être contrôlé

Voilà le message répété aujourd’hui par les autorités belges. Il faut dire que l’inquiétude enfle et s’exprime aussi de plus en plus sur les réseaux sociaux et dans les aéroports et autres gares où de nombreux Belges débarquent, de retour d’un séjour en Italie.

C’est le cas de Margaux, 18 ans. Elle est revenue de Milan en bus ce mardi matin. A son arrivée à Bruxelles, elle avoue un peu d’étonnement, elle s’attendait à être contrôlée : "J’avais regardé sur internet et j’avais vu qu’un bus avait été arrêté à Lyon. Du coup, je m’attendais à ce que notre bus soit aussi arrêté, mais rien."


►►► À lire aussi: Notre dossier sur le coronavirus


Cela dit, pas question pour la jeune fille de paniquer : "On essaye de ne pas trop stresser, de ne pas dramatiser. Il n’y a pas eu de mesures de précautions pour nous, dans le bus plusieurs personnes portaient des masques mais pas nous. En fait, je n’ai pas eu le temps d’aller en acheter alors j’ai juste mis mon écharpe devant ma bouche pour aller de mon appartement à Milan jusqu’au bus. Après je l’ai enlevée."

Mêmes précautions que pour les personnes de retour de Chine

La situation est suivie de près par le SPF santé publique, l’autorité chargée de prendre les mesures pour gérer le coronavirus en Belgique. Aujourd’hui, le SPF répète les consignes de base et surtout appelle tout le monde au calme : "Si un passager tombe malade pendant le vol, l’équipage va évaluer la situation et la signaler immédiatement au sol. Si un voyageur récemment revenu d’une zone touchée tombe malade dans les 14 jours de son retour, il faudra qu’il le fasse savoir à son médecin et qu’il s’isole. Nous comprenons l’inquiétude mais il faut rester calme."


►►► A lire aussi: Coronavirus: les plus de 40 ans atteints d'autres maladies sont davantage à risques


Le personnel des aéroports a été sensibilisé aux symptômes du coronavirus et aux réflexes d’hygiène à avoir mais pour l’heure pas question d’aller plus loin. Il faut dire qu’un contrôle systématique de l’ensemble des voyageurs de retour de zones concernées par la maladie semble difficile à mettre en œuvre, mais aussi disproportionné.

Une réunion est organisée ce mardi après-midi au SPF santé publique afin de faire un nouveau point sur l’évolution de la situation et les mesures à prendre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK