"Pas de chair, seulement de l'esprit": Sexblotch, le site pornographique d'un nouveau genre

Serge Goldwicht est le fondateur du site internet Sexblotch. Cette plateforme en ligne héberge des vidéos pornographiques alternatives, sans exploitation humaine qui mise tout sur les images abstraites en mouvement. Un véritable ovni dans le monde de la pornographie, qui vise à titiller l’imaginaire plutôt que d’imposer des stéréotypes.

Des taches et des gouttes de couleurs différentes qui bougent dans tous les sens avec, en fond sonore, des bruits plutôt suggestifs. Ce tableau dresse, dans les grandes lignes, le concept de Sexblotch qui propose de la pornographie, mais différemment.

Depuis plusieurs années, la croissance du porno est exponentielle et les productions et nouveaux concepts se multiplient. Si le modèle économique du site de Serge Goldwicht n'est pas encore viable, il a le mérite d'intéresser les thérapeutes qui y voient une façon d'ouvrir l'imaginaire et de déclencher la parole de certains de leurs patients.

Des tâches et des formes "très sensuels"

"La tache interpelle les psychanalyses, les artistes et les psychologues, depuis la fin du 19e siècle", explique le créateur de Sexblotch. "Ces taches, je les utilise, je les fabrique, je les mijote comme un apprenti chimiste. C'est très sensuel parce que ce sont souvent des courbes et des couleurs chaudes. Si on ajoute à cette sensualité de l'image, des sons, d'emblée le spectateur est projeté dans un univers érotique."

Pour cinq euros par mois, il est possible d'avoir un accès illimité à cet ovni dans le monde porno. Sur le site, 21 vidéos, soit 2 heures de visionnage, "et il y en aura plus chaque mois", promet le fondateur. Rapidement, Serge Goldwicht concède que cette forme de pornographie n'attire pas forcément les amateurs classiques de porno, et qu'ils ne plaisent probablement pas à tout le monde non plus. "Il y a plusieurs types de cible et une petite cible sur l'ensemble du monde, c'est déjà beaucoup."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK