Pas d'immunité croisée chez les enfants : le contact avec le rhume ou la bronchite ne les protège pas du Covid-19

Dans une nouvelle étude, des chercheurs de l'institut Pasteur, l'Inserm et d'université Paris montrent que les fréquentes infections des enfants par quatre coronavirus du rhume ou de la bronchite ne les protègent ni de l'infection SARS Cov2 , ni des complications liées à la maladie de kawasaki. Certains immunologistes avaient avancé l'idée que le fait d'avoir chaque hiver des infections à coronavirus comme le rhume ou la bronchite, pouvait nous donner une immunité contre le nouveau coronavirus. Ce qu'on appelle, une immunité croisée. 

Etude sur 775 enfants dans 7 hôpitaux parisiens

Des scientifiques ont mené l'enquête dans sept hôpitaux parisiens sur 775 enfants de 0 à 18 ans, dont 36 présentaient un syndrome de kawasaki, entre le 1er mars et le 1er juin dernier. Ils ont mesuré le taux d'anticorps contre le SARS-Cov2 et contre les coronavirus saisonniers, chez plusieurs groupes d'enfants : ceux qui étaient séropositifs au SARS-cov2 avec peu ou pas de symptômes, et ceux qui étaient hospitalisés pour un kawasaki pour comparer avec des enfants séronégatifs. 

11,7 % des enfants avaient eu un Covid avec peu de symptômes. Plus de la moitié, près de 70%, n'avaient eu aucun symptôme et 56% des enfants avaient des anticorps contre le covid. Enfin, plus de 2/3 des enfants qui ont fait un kawasaki étaient positifs au Covid. 

Mais pas de différence de taux d'anticorps contre les 4 coronavirus saisonniers 

Mais les taux d'anticorps contre les quatre coronavirus saisonniers étaient comparables entre les enfants séronégatifs et les enfants séropositifs pour le virus du Covid-19, qu’il s’agisse des malades avec un Kawasaki ou de ceux qui ont fait une forme pas (ou peu) symptomatique.

Pour les chercheurs, ces résultats suggèrent que les enfants font des formes de Covid-19 souvent pas (ou peu) symptomatiques et développent des anticorps le plus souvent neutralisants. "L'infection par les coronavirus saisonniers n'offre pas une protection significative contre l'infection par le virus SARS-CoV2 et les autres maladies associées comme le syndrome de Kawasaki ": commente Marc Eloit, le responsable du Laboratoire de Découverte de pathogènes à l’Institut Pasteur.

"Cette étude confirme la très grande fréquence et le taux important d’anticorps contre les coronavirus saisonniers dans la population générale, ce qui n’empêche pourtant pas les infections par ces virus chaque hiver. Si le virus du Covid 19 se comporte comme les coronavirus saisonniers, cette observation interroge sur la capacité de la population à atteindre un niveau d’immunité suffisant pour empêcher la réapparition régulière de la maladie ", conclut le scientifique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK