Coronavirus : l'hydroxychloroquine, "ça ne marche pas", conclut l'essai clinique britannique, "il faut arrêter de l'utiliser"

"Pas d'effet bénéfique" de l'hydroxychloroquine sur les patients atteints de coronavirus, conclut l'essai clinique majeur
"Pas d'effet bénéfique" de l'hydroxychloroquine sur les patients atteints de coronavirus, conclut l'essai clinique majeur - © amlanmathur - Getty Images/iStockphoto

L’hydroxychloroquine ne montre "pas d’effet bénéfique" pour les malades du Covid-19, selon les responsables de l’essai clinique britannique Recovery qui ont annoncé dans un communiqué l’arrêt "immédiat" de l’inclusion de nouveaux patients pour ce traitement.

"Nous avons examiné les données et conclu qu’il n’y avait aucune preuve d’un effet bénéfique de l’hydroxychloroquine chez les patients hospitalisés avec le COVID et nous avons décidé d’arrêter de recruter des patients pour la partie hydroxychloroquine avec effet immédiat", a dit Martin Landray, professeur à l’Université d’Oxford et codirecteur de l’étude Recovery.

"Ce n’est pas un traitement contre le COVID. Cela ne marche pas", a-t-il ajouté. "Ces résultats devraient changer les pratiques médicales à travers le monde", a-t-il insisté. "Nous pouvons maintenant arrêter d’utiliser ce traitement qui est inutile."

Recovery, essai clinique majeur dont les résultats étaient très attendus, était l’un des seuls à n’avoir pas suspendu ses tests sur l’hydroxychloroquine après une étude controversée du Lancet, depuis retirée, qui pointait du doigt l’inefficacité voire l’effet néfaste de la molécule controversée.


►►► À lire aussi : En Belgique, Sciensano déconseille l’hydroxychloroquine pour traiter le Covid-19


Il faut toutefois noter que parmi les scientifiques qui avaient dénoncé l’étude de The Lancet, à cause de la méthodologie, beaucoup étaient cependant sceptiques sur l’efficacité de la chloroquine.

Et avant celle du Lancet, Plusieurs autres études avaient déjà montré que l’Hydroxychloroquine ne semblait pas efficace contre le Covid-19, que ce soit chez des patients gravement ou plus légèrement atteints, selon deux études publiées vendredi.

Ainsi à la mi-mai, une étude, menée par des chercheurs français, concluait que ce dérivé de l’antipaludéen chloroquine ne réduit pas significativement les risques d’admission en réanimation ni de décès chez les patients hospitalisés avec une pneumonie due au Covid-19.

Selon la seconde étude, menée par une équipe chinoise, l’hydoxychloroquine ne permettait pas d’éliminer le virus plus rapidement que des traitements standard chez des patients hospitalisés avec une forme "légère" ou "modérée" de Covid-19. En outre, les effets secondaires sont plus importants.

 

 

Chloroquine : suspendu par principe de précaution en Belgique (JT du 26/05/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK