Pas assez de diversité dans les hautes sphères des institutions culturelles

Pas assez de diversité dans les hautes sphères des institutions culturelles
Pas assez de diversité dans les hautes sphères des institutions culturelles - © Photo by Ben Rosett on Unsplash

Selon une étude du mouvement Engagement, mené par des artistes, 80% des institutions flamandes subsidiées ont un homme comme président, rapporte De Morgen. Des dizaines de professionnels du milieu culturel ont entre-temps déjà signé une lettre ouverte dans le magazine rekto:verso, dans laquelle ils se plaignent que le secteur est dominé par une "minorité trop blanche et trop masculine".

Engagement s'est penché sur l'équilibre entre les sexes dans les conseils d'administration de 203 institutions culturelles subsidiées et est arrivé à la conclusion que ces CA sont majoritairement masculins (70%). Dans 11% des cas cependant, l'équilibre est atteint, tandis que seuls 18% des CA comptent plus de femmes que d'hommes. En ce qui concerne plus précisément la présidence, 79% des institutions ont un homme à leur tête, 20% une femme et deux d'entre elles (1%) fonctionnent avec une co-présidence à la fois masculine et féminine.

« Déficit démocratique »

Le mouvement s'appuiera sur cette étude afin d'exposer la situation au prochain ministre de la Culture. Engagement pointe en effet un "déficit démocratique" dans la mesure où une majorité de la population est sous-représentée voire non-représentée à la tête des institutions culturelles.

Deux propositions concrètes sont dès lors lancées: des quotas 50-50 pour les femmes ainsi que pour les personnes d'origines étrangères dans les conseils d'administration et un "cabinet de l'ombre" qui assisterait le ministre, composé de manière très diverse.

Cette lettre ouverte a été signée par plus de 60 professionnels de la culture.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK