Partons en safari ce week-end dans nos jardins et sur nos balcons, avec le Jardin botanique de Meise

Partons en safari ce week-end dans nos jardins et nos parcs, c'est ce nous que propose le jardin botanique de Meise
2 images
Partons en safari ce week-end dans nos jardins et nos parcs, c'est ce nous que propose le jardin botanique de Meise - © Tous droits réservés

C’est un safari pas comme les autres que nous propose le Jardin botanique de Meise, alors que nous vivons une période un peu inédite aussi.

Alors pourquoi ne pas participer à cette traque bienveillante aux plantes sauvages de notre jardin, aux animaux qui se cachent autour des fleurs du balcon comme les abeilles, ou qui se terrent dans de petits coins plus sombres comme les araignées.

La biodiversité est partout et surtout chez nous, le but de safari à domicile c’est d’apprendre à mieux connaître et reconnaître ces cohabitants que nous connaissons si mal.

Mission identifier un maximum d’espèces

Nul besoin d’être un "pro" de la nature, votre mission consiste à identifier un maximum d’espèces d’animaux et de plantes sauvages chez vous pendant 48 heures grâce à votre smartphone et une "application" à télécharger. L’intelligence artificielle fera le travail d’identification pour vous.

#HOMEsafari est une opération participative. Nous devenons des acteurs dans l’inventaire des espèces sauvages mais en même temps, nous pouvons apprendre à mieux protéger celles qui seraient les plus menacées. Que ce soient les insectes, les araignées, les oiseaux où les plantes, il reste énormément d’espèces dont on connaît mal la répartition géographique et l’abondance.

Les scientifiques ont besoin de nous

"Où est présente l’espèce ? Est-elle abondante ou rare ? Les cartes de répartition des espèces dressées par les scientifiques montrent souvent de grands trous pour certaines espèces", explique Sofie Meeus, coordinatrice du projet #HOMEsafari, "soit parce que ces espèces sont rares, soit parce qu’elles sont présentes mais qu’elles passent inaperçues. C’est le cas, par exemple, dans les jardins privés où les données manquent et qui sont souvent des havres de biodiversité pour les insectes par exemple. Grâce à des outils simples et efficaces et des opérations participatives comme #HOMEsafari, le public peut facilement collaborer aux études scientifiques tout en découvrant la faune et la flore de notre pays.”