Paris passe en zone rouge pour les Belges : pouvez-vous encore y aller pour travailler ? Y séjourner ? Et Disneyland Paris ?

Plusieurs régions et départements de France ont été ajoutés ce mercredi 26 août aux destinations pour lesquelles une quarantaine et un dépistage sont exigés.

Selon le site des Affaires étrangères, la Ville de Paris, les départements de Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne, de la Sarthe, de l’Hérault et des Alpes-Maritimes, en plus des Bouches-du-Rhône, de la Guyane française et de Mayotte, passent en code rouge. En clair, comme le précise le SPF Santé publique, ces destinations "sont soumises à une interdiction de voyager compte tenu de la situation épidémiologique défavorable".

Paris, c’est un point incontournable pour de nombreux Belges, que ce soit dans un cadre professionnel ou pour des raisons privées. A quelles conditions peut-on encore s’y rendre ? Quelles sont les règles si votre trajet de retour de vacances passe par Paris ? Réponses.

Je compte aller à Paris dans les prochains jours, quelles sont les règles ?

Tout dépend du but de votre voyage. Les voyages vers les zones rouges sont interdits si le but du déplacement est "non-essentiel". A l’inverse, qu’est-ce qui est considéré alors comme un voyage essentiel ? Il faut fouiller dans les "questions fréquemment posées" (FAQ) du SPF Santé publique pour le savoir. On y trouve une longue liste d’exceptions autorisant les voyages vers l’étranger :

  • Les déplacements professionnels des professionnels de la santé, les chercheurs en santé et les professionnels des soins aux personnes âgées dans l’exercice de leurs fonctions ;
  • Les déplacements professionnels des travailleurs frontaliers ;
  • Les déplacements professionnels des travailleurs saisonniers du secteur agricole ;
  • Les déplacements professionnels du personnel du secteur des transports ;
  • Les déplacements des diplomates, le personnel des organisations internationales et les personnes qui sont invitées par des organisations internationales et dont la présence physique est nécessaire pour le bon fonctionnement de ces organisations, le personnel militaire, le personnel des services de l’ordre public, le personnel de l’Office des Etrangers, le personnel des douanes, les travailleurs humanitaires et le personnel de la protection civile, ainsi que les journalistes, dans l’exercice de leurs fonctions ;
  • Les déplacements des passagers en transit ;
  • Les déplacements des passagers se déplaçant pour des raisons familiales impératives ;
    • a. Pour fournir une assistance à une personne âgée, mineure, vulnérable ou en situation de handicap ;
    • b. Dans le cadre de la coparentalité ;
    • c. Pour rendre visite à un partenaire qui ne vit pas sous le même toit (à partir du 1er septembre). Dans ce cas, une série de conditions s’appliquent, dont celle-ci : pouvoir prouver que l’on entretient une relation affective depuis au moins deux ans ;
    • d. Dans le cadre d’un enterrement ou d’une crémation ;
    • e. Dans le cadre d’un mariage civil ou religieux ;
    • f. Pour un déplacement justifié par le regroupement familial.
  • Les déplacements professionnels des marins dans l’exercice de leurs fonctions ;
  • Les personnes ayant besoin d’une protection internationale ou se déplaçant pour d’autres motifs humanitaires ;
  • Les déplacements pour des visites médicales impérieuses ou pour poursuivre des soins médicaux urgents
  • Les déplacements des ressortissants de pays tiers dans le cadre de leurs études ;
  • Les déplacements d’élèves, étudiants ou stagiaires dans le cadre de leur formation ;
  • Les déplacements des ressortissants de pays tiers hautement qualifiés si leur emploi est nécessaire d’un point de vue économique et ne peut être reporté ou réalisé à l’étranger, en ce compris les voyages des sportifs professionnels dans l’exercice de leur activité professionnelle
  • Les déplacements à l’étranger dans le cadre d’activités professionnelles, y compris les déplacements domicile/ lieu de travail ;
  • Les déplacements des ressortissants belges ou étrangers vers leur résidence principale ;
  • Les déplacements dans le cadre de l’exécution des actes notariés (si nécessaire et si cela ne peut pas se faire numériquement).

Quelle que soit votre situation, n’oubliez pas trois choses :

  • Remplir un "passenger locator form" (à retrouver directement en cliquant ici) au plus tôt 48 heures avant le retour en Belgique ;
  • Respecter la quarantaine obligatoire de 14 jours ;
  • Se soumettre à un test de dépistage du Covid-19 au retour.

Mais qu’est-ce qui vous empêche, au fond, de voyager comme bon vous semble, en dépit de ce classement en zone rouge ? Pour Philippe Goffin (MR), ministre des Affaires étrangères, s’affranchir des règles relève d’un "mauvais calcul parce que ça va à l’encontre du civisme élémentaire".

Au micro de la RTBF, il ajoute : "Nous ne mettons pas des pays en rouge ou en orange pour le plaisir. Quand le Celeval [la cellule d’évaluation au sein du Centre de crise, NDLR], qui est composé d’experts, de virologues et de représentants du SPF Santé classe un pays en rouge, c’est simplement parce que les éléments épidémiologiques ne sont pas bons."

Mon trajet de retour de vacances passe par Paris

Vous êtes sur la route du retour des vacances et votre trajet passe par Paris, que ce soit en voiture, lors d’une escale en avion ou d’une correspondance en train ? "Il est autorisé de transiter dans une zone rouge, s’il s’agit d’un rapide transit (le temps du trajet du RER : ok)", écrit le SPF Santé Publique sur Twitter. Et au retour ? "Le lieu de départ compte pour le dépistage et la quarantaine", répond le SPF.

J’ai prévu d’aller à Disneyland Paris, c’est en zone rouge aussi ?

Chance pour vous : le parc Disneyland est installé dans le département de la Seine-et-Marne. Pour le moment, le département 77 ne figure pas dans la liste des zones rouges. En date du jeudi 27 août, le parc est par contre classé en zone orange. La quarantaine et le dépistage sont donc recommandés à votre retour du monde de Mickey.

Des mesures d’hygiène sont aussi d’application au sein du parc. A commencer par le port du masque obligatoire pour tous les visiteurs de onze ans et plus. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site internet de Disneyland Paris.

Paris a été placé en zone rouge pendant que je m’y trouvais, que faire ?

Dans ce cas, c’est le SPF Santé publique qui le dit : "Vous devrez effectuer une quarantaine et un dépistage." Pas besoin pour autant de rentrer dare-dare au pays. "Vous pouvez rester jusqu’à la date prévue, mais nous vous encourageons à respecter toutes les mesures sanitaires."

Dois-je porter un masque si je me rends à Paris ?

A Paris et en région parisienne, il vous faudra porter un masque "dans certains secteurs à forte affluence", peut-on lire sur le site officiel de la ville de Paris. La consigne s’applique dans certaines rues, berges, marchés, brocantes, et autres vide-greniers. Une carte interactive à retrouver en cliquant ici permet de s’y retrouver.

"Seuls les piétons doivent porter le masque, y compris s’ils font du sport, et feront donc l’objet de mesures de contrôle pour port obligatoire de masque dans les zones concernées", précise la même source.

Quid des moyens de transport ? "Les usagers des modes de circulation douce tels que les vélos ou les trottinettes ne sont pas concernés par cette obligation, dans la mesure où, étant de passage, ils ne font pas courir de risque de contact dans les voies dans lesquelles ils circulent. Les voitures en circulation sont également exclues de l’application de l’arrêté préfectoral." Le port du masque est par contre obligatoire dans les transports en commun à Paris et en Île-de-France.

Sujet JT du 26 août 2020 : la Belgique place Paris en zone rouge

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK