Pare-brise griffé: la Flandre a durci les normes appliquées dans les centres de contrôle technique

Dans un centre de contrôle technique
Dans un centre de contrôle technique - © ERIC LALMAND - BELGA

L'an dernier le gouvernement flamand a durci certaines règles concernant le contrôle technique automobile, en s'alignant sur des nouvelles normes européennes. Ces règles concernent notamment la visibilité à travers le pare-brise. L'ombudsman de la Flandre a enregistré des plaintes de certains automobilistes qui ont reçu une carte rouge après avoir fait contrôler leur véhicule. La raison: des griffes ou des fissures mal placées sur leur pare-brise.

L'ombudsman a précisé en quoi consistent ces nouvelles normes. Les griffes ou fissures au pare-brise pouvant amener à un certificat rouge (refus) ne sont plus limitées au champ de vision du conducteur, elles s'étendent désormais à la zone de nettoyage des essuie-glaces, et aux vitres latérales lorsque la vision vers les rétroviseurs extérieurs est gênée. Sont concernées des griffes de plus de 10 cm de long sur une couche de verre feuilleté du pare-brise, ou de plus de 5 cm de long sur deux couches de verre feuilleté. D'autres nouvelles règles concernant la visibilité sont détaillées par l'ombudsman (à lire ici, en néerlandais).

Choix du centre de contrôle technique

Selon la porte-parole du GOCA (qui regroupe les centres agréés de contrôle technique), sur 200.000 contrôles effectués depuis l'entrée en vigueur des nouvelles règles le 17 décembre 2018, il n'y a qu'une vingtaine d'automobilistes qui ont reçu un certificat rouge.

Ces nouvelles règles ne sont applicables que dans les centres flamands de contrôle technique, puisque c'est une matière régionalisée. Et ni la Région wallonne, ni la Région bruxelloise n'ont modifié leur réglementation pour l'instant.

Même si ces matières sont régionalisées, chaque automobiliste belge peut présenter son véhicule dans n'importe quel centre de contrôle technique, quelle que soit la Région de son domicile. Et le véhicule peut être présenté jusqu'à deux mois avant la date d'échéance, sans pour autant perdre la période de validité restante. En cas de visite complémentaire, il faut obligatoirement représenter le véhicule dans la station il a été refusé. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK