"Par pitié, faites attention pour éviter un vilain cadeau de Noël huit jours plus tard", s'inquiète Yves Van Laethem pour les fêtes

Invité sur le plateau du JT de 13h pour faire le point sur l’épidémie de coronavirus en Belgique, le porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19, Yves Van Laethem a tenu à adresser un message à "ceux qui ne respecteront pas les règles". Il a également fait le point sur l’avancée en matière de vaccins contre le virus ainsi que sur la situation dans les hôpitaux.

"Le politique a choisi un risque quasi-zéro en n'autorisant pas plus de personnes pour les célébrations de Noël, entre autres. C’est une volonté, extrêmement stricte mais que l’on peut comprendre vu la situation actuelle", réagit ce spécialiste suite aux mesures annoncées par le comité de concertation en vue des fêtes de fin d’année.

Il compare aussi les chiffres actuels avec les chiffres du milieu de la première vague, tandis que de nombreux commerces vont rouvrir leurs portes dès le 1er décembre dans notre pays. "Si on reprend les chiffres d’avril-mai, par exemple, nos chiffres actuels correspondent à ceux de la fin du mois d’avril, à la fin du mois d’avril on n’avait pas encore ouvert grand-chose dans le pays."

Même si certaines mesures ont été assouplies, en ce qui concerne les contacts rapprochés, les mesures restent contraignantes pour les Belges. Ne va-t-on pas alors assister à des comportements qui vont à l’encontre des règles édictées par les autorités de notre pays ? "C’est le grand risque qu’on peut courir si on ne relâche pas un peu la soupape", soulève Yves Van Laethem.


►►► À lire aussi : Flambée de cas au Canada depuis Thanksgiving : un exemple de l’impact d’un Noël "comme d’habitude" en Belgique ?


Il garde toutefois espoir même s’il est persuadé que de nombreux citoyens belges seront tentés d’enfreindre les règles, notamment pendant la période de Noël. "Ce que je voudrais dire aux gens qui vont aller à l’encontre des règles parce qu’il y en aura forcément, c’est : par pitié, faites attention. S’il y a quatre ou cinq personnes chez vous et je n’espère pas 10 ou 15 comme on peut le voir parfois, gardez vos distances, essayez d’aérer, prenez les gestes barrière nécessaire pour qu’il n’y ait pas un vilain cadeau de Noël huit jours plus tard", martèle-t-il.

La situation s’améliore

Dans les hôpitaux, la situation semble s’améliorer et les centres de soins pourront à nouveau accueillir des patients pour des interventions "non essentielles". "Je pense que les soins normaux pour les patients qui l’attendaient depuis des semaines, si pas quelques mois, c’est très important, souligne le M. Covid francophone. Pour les hôpitaux en eux-mêmes, pour certaines professions qui ne travaillaient quasiment plus, c’est important aussi."

Il voit dans le passage en phase 2A un signe positif qui devrait se poursuivre. "C’est un signe dans le bon sens puisque cette phase 2A, on peut imaginer qu’elle arrive prochainement à la phase 1B et donc ce sera beaucoup plus simple à gérer."


►►► À lire aussi : Coronavirus en Belgique : 1A, 1B, 2A et 2B, quelles sont ces phases prévues afin d’éviter la saturation aux hôpitaux et le reconfinement aux citoyens


Yves Van Laethem observe aussi la situation belge sur le plan européen et international. Alors que la Belgique se faisait remarquer comme étant l’un des plus mauvais élèves au monde en termes de décès et de contamination, la situation a aujourd’hui évolué. "On tutoie l’Allemagne par rapport à l’incidence, c’est-à-dire le nombre de nouveaux cas par nombre d’habitants, par quatorze jours, on ne pensait pas arriver à ce genre de choses, félicite-t-il. Cela veut aussi dire que l’Allemagne a une moins bonne situation que ce qu’elle connaissait il y a quatorze semaines mais nous continuons à descendre dans le classement et donc on va vraiment dans la bonne direction."

 

Et les vaccins ?

Reste un sujet autour duquel le flou persiste : les vaccins. Quand et comment sera administré cet antidote attendu par le monde entier comme une réponse à la pandémie que vivent de plein fouet la plupart des pays du monde ? "Comme l’a suggéré le ministre Vandenbroucke, il y a vraiment une taskforce qui travaille pour l’instant, répond le porte-parole interfédéral de la lutte contre le Covid-19. Je pense qu’on aura très prochainement des déclarations à ce niveau-là."


►►► À lire aussi : Coronavirus : la Belgique est-elle prête à relever le défi logistique de la vaccination de 70% de sa population ?


Il se dit aussi "rassuré" et estime que notre pays pourra "avancer" dans les semaines qui viennent.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK