Aura-t-on assez d'électricité cet hiver sans Doel 3 et Tihange 2 ?

Les réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 avaient respectivement été arrêtés en juin et août dernier après la découverte de milliers de micro fissures dans l'acier des cuves. Une soixantaine d'experts dont des ingénieurs d'Electrabel, ont passé les cuves au peigne fin durant six mois.  Pour eux, il n'y aurait aucun danger à redémarrer les deux réacteurs, mais les experts de l'agence chargée de notre sécurité nucléaire n'en sont pas tout à fait convaincus.  

Feu orange mais pas rouge pour l’avenir

"Pour nos experts, il manque encore certaines informations pour rouvrir  les réacteurs en toute sérénité. Les marges de sécurité pour le redémarrage n’ont pas encore été démontrées", précise le nouveau directeur de l’AFCN, Jan Bens.  Pour  lui, il ne s’agit cependant pas d'un feu rouge ou d'une menace d'arrêt définitif mais plutôt d'un feu orange : "nous demandons des informations supplémentaires basées sur plusieurs études mais aussi sur des essais tels que des tests de résistance sur le métal dans lequel les cuves ont été fabriquées", précise-t-il.

En attendant, deux réacteurs en moins impliquent que 15% de notre production électrique  manquent alors que les températures sont sous les barre du zéro degré. Dès lors, doit-on craindre la panne électrique générale dans les prochains jours ? 

"Un nouvel incident rendrait la situation très sensible"

Chez Elia, le gestionnaire du réseau électrique, les indicateurs sont toujours dans le vert malgré le gel persistant à l’extérieur. Nous devons importer une partie plus importante de notre courant mais nous sommes tout de même sur le fil du rasoir. "Actuellement, on gère mais il ne faudrait pas qu’un autre incident se produise sur un autre réacteur en Belgique ou même dans le pôle de production européen. Si tel était le cas et que d’autres éléments importants devaient être indisponibles, la situation deviendrait très sensible dans une période de grands froids", explique la porte-parole d’Elia,

Mais on n’en est pas là. Il n’y a pas vraiment de quoi s'inquiéter pour le moment.

I.L. avec P. Bollekens

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK