Paquebot Afrique : il y a 100 ans disparaissaient le "Titanic français" et 568 passagers

Paquebot Afrique de la compagnie Maritime des chargeurs réunis.
Paquebot Afrique de la compagnie Maritime des chargeurs réunis. - © Roland Mornet "La tragédie du paquebot Afrique"- Wikipedia

Le plus grand naufrage de paquebot de l’histoire maritime française célèbre ses 100 ans. 568 personnes sont mortes noyées et seules 34 ont survécu au naufrage. Parmi les victimes, figuraient près de 200 tirailleurs sénégalais. Pourtant, ce naufrage est tombé complètement dans l’oubli. Le paquebot "Afrique" faisait 119 mètres de long et effectuait un trajet entre Bordeaux et Dakar. Il a sombré au large des côtes françaises, trois jours après avoir largué les amarres.

Le naufrage sombré dans l’oubli

Cette tragédie a lieu le 12 janvier 1920. Le navire est parti le 9 janvier. Toujours au large des côtes françaises, "Afrique" est en train de réaliser son 58e trajet, nous expliquent nos confrères de France info. Les lumières de la ville sont encore visibles. Mais le navire est pris dans une tempête. Une tempête qui rend le paquebot ingouvernable, précise le site de La Croix.

Sur les 602 passagers, 568 perdent la vie. Et cette tragédie ne suscite pas beaucoup l’émoi de la presse de l’époque. Le site de France info explique que " pendant des semaines, les corps des victimes vont s’échouer sur les côtes françaises. Certains sont même repêchés dans les filets des chalutiers".

Une tragédie tombée au mauvais moment

Il faut dire que cette tragédie est tombée au mauvais moment. D’abord si l’intérêt de la presse a été fort limité c’est aussi parce que la compagnie maritime minimise l’ampleur de ce qui vient de se passer, mentant sur le nombre de victimes.

C’est aussi une affaire de contexte. L’Afrique sombre le week-end à la veille des élections présidentielles de l’époque. L’attention est ailleurs. D’autant que nous sommes aussi peu de temps après la fin de la première guerre mondiale. Une guerre qui a laissé la population profondément meurtrie. C’est ce qu’explique, l’historien Daniel Duhan, cité par France info, " les gens (à ce moment), en ont marre des catastrophes".

Bataille judiciaire

Pendant environ douze ans, les familles des victimes et la compagnie maritime qui possédait l' "Afrique" vont s’affronter sur le terrain judiciaire. Et au final, les demandes d’indemnités des familles vont être rejetées. Comme un tragique clap de fin pour une tragédie qui tombera désormais définitivement dans l’oubli.

"Le paquebot transportait vers les colonies des fonctionnaires, des commerçants, des femmes et des enfants, ainsi qu’une vingtaine de missionnaires membres de la Congrégation du Saint-Esprit", souligne La Croix.

Aujourd’hui l’épave de l' "Afrique" gît à 40 mètres au fond de l’eau. Le lieu est devenu un spot très apprécié des plongeurs.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK