Pacte de Marrakech: 1000 manifestants contre le racisme au Parc Maximilien

Pacte de Marrakech: 500 manifestants contre le racisme réunis devant la CGSP
4 images
Pacte de Marrakech: 500 manifestants contre le racisme réunis devant la CGSP - © Tous droits réservés

Selon un comptage de la police, 1000 manifestants contre le racisme se sont réunis dès 10h00 devant le siège de la CGSP, rue du Congrès. Après des hésitations -les responsables redoutant des débordements et des affrontements avec les manifestants d'extrême droite "anti-pacte de Marrakech"- , la décision a finalement été prise vers midi de se diriger vers le Parc Maximilien et la Gare du Nord. Le cortège baptisé par les autorités "déplacement administratif" a été encadré par la police. Peu après 13H30, les manifestants se sont dispersés.  

Le bourgmestre de la ville de Bruxelles avait officiellement autorisé un rassemblement statique à la gare du Nord, à midi. 

Les manifestants disent être là contre le racisme, l'extrême droite et pour la défense des réfugiés et des droits humains. De simples citoyens mais aussi des militants syndicaux, des communistes, des anarchistes et des représentants d'associations.  

Pour Alexis Deswaef, administrateur de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés et ancien président de la Ligue des droits de l'homme "C'est la bonne nouvelle du jour, la marche brune a été autorisée, comme ça, leurs masques tombent!".

Et il poursuit: "La plateforme citoyenne s'est d'ailleurs arrangée pour vider le Parc Maximilien en hébergeant les migrants qui s'y trouvaient cette nuit. Les manifestants d'extrême-droite avaient un agenda caché pour y aller et viser des migrants".

 

Des gilets jaunes solidaires

Des gilets jaunes se sont joints au rassemblement, en réponse à la "marche contre Marrakech", organisée à l'appel d'associations de droite et d'extrême-droite flamandes hostiles au pacte de l'ONU sur les migrations, afin de s'opposer "à l'instrumentalisation de la colère sociale par l'extrême droite". 

"Depuis une semaine, l'extrême-droite tente d'instrumentaliser la colère sociale des gilets jaunes. Depuis une semaine, la N-VA tente d'étouffer la colère sociale des gilets jaunes en détournant du débat public les questions sociales et démocratiques que le mouvement des gilets jaunes porte", a indiqué ce collectif dans un communiqué - sans préciser combien de personnes il représente.

"En organisant la manifestation 'Mars tegen Marrakesh' et en contactant des gilets jaunes pour les inciter à y participer, le Vlaams Belang et une série d'organisations satellites de la N-VA surfent clairement sur ce contexte pour tenter de diviser le mouvement avec le pacte de Marrakech", ajoute le texte.

"Les gilets jaunes ne sont pas dupes. Jamais la N-VA, le Vlaams Belang, le PP, Nation ou aucun parti n'ont apporté de solutions aux problèmes que nous dénonçons. Au contraire, ce sont ces partis qui portent des propositions destructrices pour la population et que nous combattons. Ce sont ces partis qui ont mis en place et soutenu les mesures qui nous précarisent aujourd'hui. Hausse de la TVA de 6 à 21%? Votée par la N-VA, soutenue par le PP qui veut une TVA à 23%. Pension à 67 ans? Votée par la N-VA, soutenue par le Parti populaire. Saut d'index qui a gelé les salaires et fait chuter le pouvoir d'achat? Votée par la NVA et le PP... Facilitation des licenciements? Soutenue par ces partis", souligne encore le collectif.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK