Oxfam: le Belge épinglé en Haïti déjà remarqué pour son comportement inadéquat au Liberia en 2004

Oxfam - Le Belge épinglé en Haïti déjà remarqué pour son comportement inadéquat au Liberia en 2004
Oxfam - Le Belge épinglé en Haïti déjà remarqué pour son comportement inadéquat au Liberia en 2004 - © Belga

Le Belge Roland van Hauwermeiren, ancien collaborateur d'Oxfam dont le recours à des prostituées lors d'une mission en Haïti a récemment été mis au jour, avait déjà fait l'objet de remarques et de plaintes précédemment, pour des faits similaires, alors qu'il travaillait pour une autre association. L'information est rapportée ce mardi par le site Irin News, et fait l'objet ce mercredi d'une enquête dans les pages du journal britannique The Times.

Ramener des filles à "Bruxelles"

Les faits remontent à 2004, époque à laquelle le Belge travaillait pour l'ONG britannique Merlin au Liberia, pays alors chamboulé par les suites d'une violente guerre civile. Il y était "country manager".

Le journal relaie le témoignage d'un ancien collègue du Belge, Paul Hardcastle, qui raconte n'avoir "jamais rencontré auparavant" un collaborateur présentant le même comportement que Roland van Hauwermeiren. Il a rapporté différents épisodes, lors desquels le travailleur humanitaire belge aurait parcouru la ville avec un petit groupe pour aller chercher de jeunes prostituées.

Il utilisait régulièrement, à cette fin, les moyens de transport et chauffeurs embauchés par Merlin sur place pour faciliter les opérations humanitaires de l'équipe. Paul Hardcastle précise avoir notamment entendu, à l'époque, qu'on demandait à un chauffeur de ramener Roland van Hauwermeiren et une jeune fille à "Bruxelles", nom donné à la résidence où logeait le "country manager" à Monrovia, capitale du Liberia.

Un comportement déjà signalé

Irin News révèle que des collaborateurs de Merlin avaient, à l'époque, signalé ce comportement à la direction. Parmi ceux-ci, une Suédoise qui a travaillé comme assistante du Belge, Amira Malik Miller. A Irin News, elle s'est dit choquée d'avoir récemment lu dans la presse les récits des fêtes dans lesquelles Roland van Hauwermeiren a été impliqué, des années plus tard, au Tchad et en Haïti. "Mon dieu, il fait la même chose depuis 14 ans", résume-t-elle. "Il circule simplement dans le système. Quelqu'un aurait dû se pencher de manière approfondie sur son cas".

La plainte de la Suédoise auprès de la direction de Merlin a résulté en l'écartement du Belge, en 2004. Mais deux ans après avoir été mis de côté chez Merlin, il a été embauché chez Oxfam UK, qui l'emmènera au Tchad puis en Haïti où il a été "country manager" de l'organisation.

Différents collaborateurs de Merlin ont confirmé auprès d'Irin News qu'une enquête interne avait été menée au sujet des agissements du quinquagénaire au Liberia, pour exploitation sexuelle et comportement inadéquat. Confronté à la direction, il aurait tout nié, mais avait tout de même donné son accord à un licenciement immédiat.

Oxfam avait connaissance de ses agissements

Selon le journal néerlandais Algemeen Dagblad, la branche néerlandaise de l'association Oxfam avait connaissance depuis 2012 du fait que des collaborateurs de l'organisation britannique du même nom avaient eu recours à des prostituées en Haïti.

Oxfam Novib, basée à La Haye, avait alors reçu le rapport interne qui faisait état des comportements inadéquats de collaborateurs envoyés sur place par l'ONG britannique. Elle devait se pencher sur l'éventualité du mauvais usage, dans ce cadre, d'argent d'origine néerlandaise. Il a été conclu que ce n'était pas le cas.

Farah Karimi, directrice d'Oxfam Nederland, indique qu'elle ne pouvait pas à l'époque communiquer publiquement sur ces informations, car il s'agissait d'une affaire britannique. Le rapport a en revanche été transmis au ministère de l'Intérieur et à la Cour des Comptes.

Oxfam et prostitution : la polémique s'amplifie JT du 12/02

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK