Oui, les grosses entreprises sont prévenues des contrôles AFSCA... et il y en a moins à cause de la baisse de dotation

Contrôles AFSCA: moins à cause de la dotation en baisse, et les grosses entreprises sont prévenues
Contrôles AFSCA: moins à cause de la dotation en baisse, et les grosses entreprises sont prévenues - © Tous droits réservés

La firme Veviba, au coeur du scandale de la viande non conforme, était-elle prévenue des contrôles AFSCA bien avant que ceux-ci n'aient lieu, ce qui lui aurait permis de cacher ce qui devait l'être? C'est probable selon une source bien informée du fonctionnement de l'Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire. 

Il faut savoir que les contrôles sanitaires menés par l'AFSCA ne sont pas tous effectués par des membres du personnel. Dans certains secteurs, et notamment celui de la transformation de la viande, ce sont des vétérinaires indépendants dits "chargés de missions" qui les mènent à bien, au sein d'"Unités locales de contrôle" (autrefois "unités provinciales de contrôle", mais aujourd'hui organisées en unités de plus grandes tailles, dans un but d'économie). Ce sont parfois de "faux indépendants", c'est-à-dire qu'ils n'ont alors que l'AFSCA comme client, mais continuent à être rétribués à la tâche selon le temps qu'ils y ont passé.

Ceux-ci reçoivent de leur unité une série de missions à effectuer au cours du trimestre, qu'ils organisent à leur guise. Les firmes contrôlées savent qu'elles vont faire l'objet d'un certain nombre de contrôles par an, mais elles ignorent en principe les dates auxquels ils seront opérés. En principe du moins, car selon les témoignages que nous avons recueillis, si les petites firmes sont bien la cible de contrôles inopinés, les grosses firmes comme Veviba ou Colruyt sont systématiquement prévenues, une voire deux semaines à l'avance. Et ce pour des questions de sécurité et d'organisation, apparemment. "Sans ça, ce n'est même pas la peine d'essayer d'y aller: on ne nous ouvre même pas" dit-on parmi les chargés de mission.

Les vétérinaires contrôlent un certain nombre de points sur une checklist, et en fonction du nombre et de la gravité des non-conformités, un fonctionnaire de l'agence pourra être envoyé pour un contrôle plus approfondi et fixer une amende, ou le nombre de visites annuelles sera simplement adapté. 

A savoir aussi: la facture envoyée à l'entreprise contrôlée correspond quasiment au double de celle envoyée par le chargé de mission à l'AFSCA... ce qui en fait un mode de financement important.

Et heureusement, car ces dernières années, la dotation fédérale a fortement diminué, "de 18% en deux ans", précisait test-Achats au Vif, en regrettant qu'"une diminution sensible des moyens de l'Agence a un impact direct et important sur le nombre de contrôles et inspections effectués".

Notre source nous le confirme: les effectifs présents dans les abattoirs ont quasiment baissé de moitié ces dernières années suite aux restrictions budgétaires de l'Etat...

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK