Oui, les écrans peuvent être bons pour les enfants. Mais...

Les tablettes peuvent aider au développement de l'enfant, mais sous supervision et avec modération
Les tablettes peuvent aider au développement de l'enfant, mais sous supervision et avec modération - © http://www.flickr.com/photos/dickdotcom/

Faut-il laisser les enfants jouer avec des tablettes ou regarder la télévision ? Ces questions taraudent les parents. Et les réponses apportées ne sont pas toujours claires. Mais l’Académie des sciences françaises a publié des recommandations, âge par âge, en compilant les connaissances scientifiques et médicales. Les nouvelles technologies, oui, mais sous surveillance.

Télévision, tablettes, ordinateurs : les écrans sont partout. Et les enfants ne sont pas épargnés, au contraire. Les télévisions diffusent des émission spéciales pour les tout petits, les tablettes font irruption dans les écoles… Aujourd’hui, les enfants manient un iPod avant même de savoir parler.

Mais est-ce bon pour leur santé, leur développement ? Faut-il laisser les nouvelles technologies s’immiscer dans l’éducation des enfants ? Difficile d’y voir clair. En général, les scientifiques s’accordent à dire que l’abus d’écrans est nocif pour les petits : troubles du sommeil, risques de surpoids, maladies cardiaques…. Certains affirment qu’avant trois ans, la télévision devrait être interdite ; d’autres que les tablettes sont dangereuses. Et, souvent, les spécialistes pointent les parents : il ne faut surtout pas donner aux enfants l’image de "geeks" collés à leurs écrans.

Les pouvoirs publics commencent d’ailleurs à s’y adapter. Ainsi, dans son nouveau contrat de gestion, la RTBF se voit interdire la diffusion de services audiovisuels, de programmes et de parties de programmes spécifiquement conçus pour les enfants de moins de 3 ans.

Alors, si dangereux les écrans ? Pas forcément selon un avis de l’Académie des sciences françaises, qui, se basant sur les dernières connaissances scientifiques en la matière, reconnaît des bienfaits aux nouvelles technologies. Mais insiste : les parents doivent accompagner les enfants dans leur découverte de celles-ci.

Les écrans, des effets positifs considérables

Ainsi, l’Académie affirme dans son avis, disponible ici, que "l’utilisation  de l’internet et d’outils numériques variés a transformé d’abord les loisirs, puis l’apprentissage, l’éducation et la formation culturelle des enfants de tous âges. Cette évolution, qui apparait aujourd’hui irréversible, a des effets positifs considérables en améliorant l’acquisition des connaissances et des savoir-faire, mais aussi en contribuant à la formation de la pensée et à l’insertion sociale des enfants et des adolescents". Mais, avertit-elle, "une utilisation trop précoce ou une sur-utilisation des écrans a des conséquences délétères durables sur la santé, l’équilibre et les activités futures -intellectuelle, culturelle et professionnelle".

L’Académie a donc émis 26 recommandations à destination des éducateurs et des parents, pour leur permettre d’accompagner leur enfant dans ce monde numérique.

Age par âge, des conseils

Le Point et Le Monde, entre autres, les synthétisent. Voici les principaux conseils :

  • Les parents doivent dialoguer avec leurs enfants et instaurer la confiance. Les logiciels de contrôle parental sont une protection insuffisante.
  • La règle 3-6-9-12: 1. pas d’écran avant 3 ans, pas de console de jeu portable avant 6 ans, pas d’internet avant 9 ans, internet seul à partir de 12 ans, avec prudence.
  • Avant 2-3 ans, donc pas d'écran. Mais, les tablettes tactiles peuvent leur être proposées, mais avec un accompagnement et surtout d'autres activités en dehors du numérique.
  • Entre 3 et 6 ans, les parents doivent parler avec leurs enfants de ce qu’ils voient sur les écrans. A partir de 4 ans, les ordinateurs et consoles peuvent permettre des jeux en famille. Mais avant six ans, une console individuelle est déconseillée, le jeu pouvant plus vite devenir compulsif.
  • Entre six et dix ans, les parents doivent contrôler que les écrans ne sont pas consommés avec excès. Et ils doivent apprendre aux enfants à s’autoréguler.
  • Enfin, à l’adolescence, jeux vidéos, réseaux sociaux, etc peuvent avoir des effets très positifs. Mais les parents doivent rester attentifs à développer le sens critique de l’enfant et le sensibiliser aux dangers de l’internet. De nouveau, l’excès est nocif, pouvant conduire à une pensée "zapping", à un appauvrissement de la mémoire et des capacités de synthèse personnelle. Des difficultés de concentration, de la somnolence et de mauvais résultats scolaires peuvent être les symptômes d’usages nocturnes excessifs.
  • Combien d'heures d'écran sont autorisées par jour ? Dans un chat sur le monde, l'un des auteurs de l'avis de l'Académie, Serge Tisseron, psychiatre, expliquait: "L'Académie américaine de pédiatrie a proposé en 1999 un guide pour les parents : pas d'écran avant 2 ans (les spécialistes s'accordent aujourd'hui à parler de 3 ans), une heure par jour entre 3 et 6 ans, 2 heures entre 6-9 ans et 3 heures au-delà. Mais il s'agit de temps réel global, incluant la télévision, l'ordinateur pour jouer, l'ordinateur pour travailler, la console portable..."

En conclusion, si les écrans peuvent être positifs pour le développement des enfants, à partir d’un certain âge en tout cas, leur utilisation doit être modérée et toujours accompagnée par les parents. 

J.C.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK