Opération policière à l'ASBL Globe Aroma: 6 personnes libérées, l'artiste toujours en détention

Opération policière musclée à l'ASBL Globe Aroma, la police arrête 7 sans-papiers
3 images
Opération policière musclée à l'ASBL Globe Aroma, la police arrête 7 sans-papiers - © François Dvorak

La police fédérale, appuyée par la police locale de Bruxelles, a effectué un contrôle au siège de l'ASBL Globe Aroma situé rue des Braies. 7 sans-papiers ont été arrêtés, dont l'artiste qui présentait ses œuvres d'art ce soir-là à l'espace Vanderborght. 

6 personnes ont été libérées, mais l'artiste en question est toujours en détention.

"Il y a eu une descente de police très impressionnante vers 16h15. Ils étaient 25 plus ou moins et disaient que c'était un contrôle de l'ASBL. Le grand problème, c'est qu'ils ont tout de suite commencé à contrôler les personnes qui étaient présentes dans l'atelier. Ils ont arrêté les répétitions de musique d'un musicien iranien. Les autres personnes devaient mettre leurs mains sur leurs têtes et étaient traités comme des criminels", explique la directrice de Globe Aroma, Els Rochette.

"L'artiste qui exposait chez nous a été arrêté, on ne sait même pas où il est", ajoute-t-elle. 

Une maison ouverte d'art

Koen Verbert, directeur des affaires de l'ASBL, la décrit comme une maison ouverte d'art où les réfugiés et demandeurs d'asile sont les bienvenus. Selon lui, plusieurs personnes ont été arrêtées parce qu'elles n'avaient pas de papiers d'identité, la police n'a pas encore annoncé les résultats de ce contrôle.

Globe Aroma se décrit elle-même comme "un Open Art House à Bruxelles, un refuge artistique où les demandeurs d'asile et les Bruxellois, où le secteur de la migration et le domaine des arts, se rencontrent."

Une action de contrôle multidisciplinaire

"Vendredi après-midi, nous avons reçu la visite de la police et de plusieurs services d'inspection, y compris du SPF Finances", a déclaré le directeur commercial Koen Verbert. "Cela impliquait une inspection de l'organisation à but non lucratif, un certain nombre de participants et de membres du personnel ont été contrôlés et une quinzaine de personnes n'ont pu soumettre de documents d'identité."

Selon la police locale de Bruxelles, il s'agit d'une action de contrôle multidisciplinaire: "Ce type d'actions est souvent mené à bien", explique le porte-parole de la police, Olivier Slosse. "Nos services vérifieront ensuite avec un certain nombre de services d'inspection, tels que l'inspection sociale, un certain nombre d'établissements."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK