Opération policière d'une ampleur inédite en Belgique : 1,2 million d'euros saisis dans le démantèlement d'un réseau de communication cryptée

48 personnes privées de liberté et emmenées pour audition. C’est le résultat de plus de 200 perquisitions menées ce matin par la police fédérale et dont le bilan a été communiqué mardi en fin d’après-midi par les autorités judiciaires. L’opération menée aujourd’hui a permis de saisir 1,2 million d’euros, 15 armes prohibées dont six armes à feu, huit véhicules de luxe, trois machines servant à compter l’argent, des uniformes de police et des balises GPS. Les données recueillies ont permis de mettre la main au cours de l'enquête sur 14 tonnes de cocaine.  Il s’agit d’un dossier géré par le parquet fédéral et dirigé par un juge d’instruction du tribunal de première instance d’Anvers, division de Malines. Sur le terrain, l’enquête a été entreprise par la police judiciaire fédérale en particulier la section d’Anvers mais les perquisitions ont été également menées à Bruxelles, Charleroi et Liège.


►►► A lire aussi : Drogue, criminalité financière, corruption : les criminels trahis par leurs téléphones, réputés impénétrables


Au total 1600 policiers ont été déployés dans six arrondissements judiciaires. 265 membres des unités spéciales ont été associés à l’opération. L’enquête a été articulée autour du démantèlement d’un réseau de communication crypté qui est utilisé par les organisations criminelles pour planifier leurs trafics. L’essentiel de l’enquête a visé à déstabiliser ces organisations criminelles en neutralisant les vendeurs d’appareils cryptés, les vendeurs de drogues et leurs protecteurs. Au total, un milliard de messages cryptés ont été interceptés dont près de la moitié a été exploitée pour mener à bien cette enquête. Celle-ci a démarré il y a deux ans et les actions menées ce mardi en sont un moment important. Au cours des semaines et des mois à venir, de nouveaux dossiers seront créés et des procès-verbaux rédigés pour mener tous les prolongements utiles sur base des résultats des perquisitions.


►►► À lire aussi : Qu’est-ce que SKY ECC, le réseau de communications infiltré par la police ?


L’opération est le fruit d’une intense coopération internationale. En Belgique, les forces de l’ordre ont été mobilisées sur tout le territoire avec un déploiement particulièrement important autour d’Anvers où le port fait figure de plaque tournante du trafic de drogue. Des perquisitions ont aussi été menées à Bruxelles, dans le Limbourg et en Wallonie. Le réseau de communication visé par l’enquête utilise des appareils cryptophones SKY ECC, parfois appelés téléphones PGP ("Pretty Good Privacy"), très largement utilisés par les milieux du crime organisé.

2 images
Celles-ci se concentrent principalement dans la région d'Anvers. © RTBF
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK