Oliver Paasch: "Nous voulons des inspections contradictoires des centrales nucléaires"

Des réprésentants de l'Euregio ont rencontré Jan Jambon à propos des centrales nucléaires Doel 3 et Tihange 2.
Des réprésentants de l'Euregio ont rencontré Jan Jambon à propos des centrales nucléaires Doel 3 et Tihange 2. - © EMMANUEL DUNAND - AFP

Souvenez-vous. Eté 2012, coup de tonnerre. Des microfissures sont découvertes dans les cuves des centrales nucléaires Doel 3. Tihange 2 révélera les mêmes défauts lors d'une inspection quelques mois plus tard. Les deux centrales seront à l'arrêt jusque mai 2013, l'AFCN (Agence fédérale de contrôle nucléaire) ayant estimé que "les microbulles d'hydrogène présentes dans les parois des cuves n'avaient pas d'impact inacceptable sur la sûreté des réacteurs".

Mais en mars 2014, rebelote. De nouveaux tests révèlent que les microfissures sont plus nombreuses, et plus grandes. Les centrales sont mises à l'arrêt, puis relancée fin de l'année 2015. Selon Electrabel, les microfissures n'ont en fait pas bougé... les tests ont juste été plus précis.

La prolongation de ces centrales a donc de quoi donner de l'inquiétude à la population, aux associations environnementales mais aussi aux politiques de notre pays et des pays voisins.

Une rencontre pour apaiser les inquiétudes

Ce mardi, une rencontre a eu lieu entre une délégation entre la Communauté germanophone, différents représentants de l'Euregio et le ministre de l'Intérieur Jan Jambon. L'Euregio, c'est une eurorégion, donc un regroupement transfrontalier entre différentes régions de Belgique, d'Allemagne et des Pays-Bas. Ils sont venus en tir groupé pour exprimer leurs inquiétudes au ministre N-VA.

La réunion a duré 1h30, et à sa sortie, le ministre-président de la Communauté germanophone Oliver Paasch a annoncé qu'il était assez satisfait, que la rencontre avait été constructive. Ils ont demandé qu'il y ait des inspections contradictoires de ces centrales nucléaires. Ils voudraient également que les inspecteurs viennent d'autres pays. Le ministre Jan Jambon serait ouvert à cette éventualité.

"Le parlement de la Communauté germanophone a toujours dit que tant qu'il y a le moindre risque, des doutes liés à la sécurité de Tihange 2 et Doel 3, ils ne peuvent pas être relancés. Cette position n'a pas changé, nous souhaitons donc clarifier la situation et définir de manière objective et scientifique s'il y a un risque de sécurité ou non." a déclaré le ministre-président.

Engie prévoit une prolongation des centrales au-delà de 2025

Les Verts ont épluché les comptes d'Engie, la maison-mère d'Electrabel, et ont révélé e groupe tient compte d'une prolongation de l'énergie atomique en Belgique au-delà de 2025. Pour écolo, Engie serait ainsi dans l'illégalité. Ecolo voit dans cette façon de faire une surévaluation injuste vis-à-vis des actionnaires, une valorisation qui ne tient pas compte de la loi et un manque de respect de l'Etat belge qui a établi un agenda de sortie du nucléaire.

Le dossier du prolongement des centrales nucléaires est donc loin d'être fermé…

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK