OGM: les chercheurs contaminaient les champs environnants selon le FLM

L'organisation "Field Liberation Movement" (FLM) a endommagé le champ expérimental de pommes de terre génétiquement modifiées car elle considère que les chercheurs contaminaient les champs environnants avec leurs expériences malveillantes, a indiqué lundi l'organisation dans un communiqué.

"Selon le Conseil consultatif de biosécurité, il était question à propos de ce champ expérimental d'un risque de contamination par plusieurs sortes d'insectes sauvages, tels que le bourdon. Les abeilles butinent des milliers de plantes dans un rayon de plusieurs kilomètres, tandis qu'à moins d'un kilomètre autour du champ expérimental, des hectares de pommes de terre destinées à la consommation sont en pleine floraison", explique l'organisation. 

Selon le FLM, des ruches se situent juste à côté du champ expérimental, ce qui représente un risque de contamination à grande échelle. L'organisation dit n'avoir vu aucune autre solution que celle de détruire le champ afin de prévenir la contamination. 

"Nous n'avions pas d'autre choix que de mettre le champ hors d'état de nuire avant que les pommes de terres ne fleurissent. Nous vérifierons si la contamination a eu lieu chez les agriculteurs environnants mais nous espérons avoir pu éviter le pire avec cette action et que cette expérimentation n'aura de suite sous aucun prétexte". 

Les militants de FLM seraient parvenus à tirer de terre quelque 20% du champ expérimental de pommes de terre OGM situé à Wetteren. Ils risquent des peines de prison allant jusqu'à cinq ans.

Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK