"Nuts !" : le 22 décembre 1944, le général américain McAuliffe refuse de se rendre aux Allemands qui assiègent Bastogne

Le 21 décembre 1944, toutes les routes conduisant à Bastogne sont coupées : 18.000 Américains sont encerclés par 45.000 Allemands. Le ciel est plombé et il est impossible de ravitailler les assiégés. Le 22 décembre, vers midi, des émissaires allemands se présentent dans les premières lignes américaines pour déposer un ultimatum et exiger la reddition de Bastogne. C’est le colonel Harper qui les reçoit. Il se rend immédiatement au quartier général de McAuliffe pour transmettre le message. Le lieutenant-colonel Harry Kinnard est présent, il raconte la scène.

Dans un premier temps, le général McAuliffe croit que les Allemands annoncent qu’ils se rendent. Mais les officiers lui répondent qu’il se trompe : "Ce sont eux qui veulent que nous nous rendions". Il s’exclame alors : "Oh nuts !", ce qui en argot américain pourraient être traduit par "Ils doivent être fous".

Les officiers se concertent alors sur quelle réponse il faut apporter à cet ultimatum. Il est décidé de répondre aux Allemands par écrit. "Et qu’est-ce que je devrais écrire ?", demande McAuliffe.

"Comme jeune homme impétueux je dis qu’il n’y a pas de meilleure réponse que la réaction que vous avez eue lorsque nous vous avons fait part de la teneur de l’ultimatum", se souvient Harry Kinnard. "Qu’est-ce que vous voulez dire ?", dit Mc Auliffe. "Vous avez dit 'nuts !'." Et tous les officiers présents approuvent.

Il prend donc pris une feuille de papier et y écrit : "À l’attention du commandant allemand : Nuts ! Signé : le commandant américain, général Anthony McAuliffe".

Le colonel Harper porte le message aux émissaires allemands. Ces derniers ne comprennent pas immédiatement : "La réponse est-elle affirmative ou négative", demandent-ils. Le colonel Harper leur dit : "C’est incontestablement négatif. Cela signifie : 'Allez en enfer'. Nous tuerons chaque Allemand qui tentera d’entrer dans cette ville". Et les Allemands répondent qu’ils tueront aussi des Américains : "C’est la guerre".

4 images
Encerclement de Bastogne en décembre 1944 © Graphisme : Laurent Vangeenderhuysen (RTBF)

►►► A lire aussi : Retrouvez tous nos articles sur les 75 ans de la bataille des Ardennes


Les forces américaines continuent de résister à Bastogne et ce n’est qu’à partir du 23 décembre 1944 que les assiégés pourront recevoir du ravitaillement grâce aux parachutages.

4 images
Parachutage de vivres sur Bastogne, le 26 décembre 1944. © US Army Center of military history
4 images
Le repas de Noël 1944 du général Mc Auliffe, avec ses officiers, à Bastogne © Archive Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK