Nuage: les rapatriements vers la Belgique ont débuté

Ce nombre de 24 000 passagers représente 120 vols au départ et 113 vols à l'arrivée rien que pour la journée de mardi. "Les comptoirs d'enregistrement et les billetteries n'enregistrent que de faibles queues. Les passagers semblent avoir bien suivi le conseil de ne pas venir à l'aéroport tant que leur vol n'a pas été confirmé", a indiqué l'aéroport, qui invite toujours ses passagers à prendre contact avec leur compagnie ou leur agent de voyage pour s'assurer du départ de leur vol avant de se rendre à l'aéroport.

Le premier vol passagers, un vol de Corendon Airlines en provenance d'Antalya, a atterri à 10h à Brussels Airport. Le premier vol passagers à partir de Zaventem était quant à lui un vol Brussels Airlines vers Kinshasa. Par ailleurs, Brussels Airport attend 45 000 passagers mercredi: 22 000 partants et 23 000 arrivants.

Les tour-opérateurs s'organisent pour ramener leurs clients

Environ 2200 clients de Thomas Cook sont actuellement en route vers la Belgique ou sont déjà revenus, a annoncé le porte-parole de Thomas Cook mardi après-midi.

La majeure partie des vols du tour-opérateur n'ont pas eu lieu mardi à Zaventem. 1200 clients sont donc actuellement transférés ou ont déjà été transférés en bus vers Bruxelles.

Quelque 1000 voyageurs seront emmenés par avion via des ponts aériens vers des villes du sud de l'Europe et pourront ensuite regagner la Belgique en bus.

Thomas Cook Belgium considère que c'est la meilleure solution pour ramener ses clients le plus vite possible et en toute sécurité.

La "low contaminated zone" dans laquelle se trouve la Belgique implique trop de contraintes pour pouvoir organiser un rapatriement continu par avion. Ces restrictions consistent entre autres à une inspection complète des moteurs des appareils, ce qui dure au moins 48 heures, d'après le porte-parole.

Plus tôt dans la matinée, Jetair annonçait que 8 avions avec un total de 1550 voyageurs étaient attendus mardi à partir de midi à Brussels Airport.

"Aucun voyageur Jetairfly ne quitte cependant Bruxelles", annonce la compagnie. "Après considération, ils sera décidé du moment à partir duquel les départs de la Belgique pourront à nouveau être possible", ajoute-t-elle.

Jetair rappelle avec insistance à tous ses voyageurs de ne pas se rendre à l'aéroport avant qu'ils n'aient reçu une confirmation de leur vol via internet ou via leur agent de voyages.

A Charleroi, Ryanair a annoncé que ses vols ne reprendraient pas, comme prévu, ce mercredi, mais seulement vendredi.

Pour Brussels Airlines, tout se passe bien

Mardi matin, deux Airbus A330 ont relié Bruxelles au continent africain (Kinshasa et Dakar) afin de rapatrier les nombreux Belges qui y sont bloqués. "Au total, près de 1250 passagers seront donc rapatriés demain matin (mercredi, ndlr) depuis le continent africain à bord des 5 appareils mis à disposition par Brussels Airlines (2 depuis Kinshasa, 2 depuis Dakar et 1 depuis Entebbe)", précise Brussels Airlines dans un communiqué mardi après-midi. La compagnie a également relancé ses opérations sur son réseau européen et, à 18 heures mardi, une quinzaine de vols avaient déjà été opérés et la compagnie devait encore organiser une dizaine de vols d'ici la fin de journée. "La décision d'opérer une destination est prise en accord avec Belgocontrol et Eurocontrol en fonction de l'ouverture des espaces aériens des différents pays européens. Des vols vers et depuis l'Espagne, le Portugal, la France, la Suisse, l'Autriche, la Grèce ou encore Israël ont ainsi été opérés", précise Brussels Airlines. Il n'y a pour l'instant qu'au dessus de l'Angleterre, de la Pologne, de la Hongrie et de la Suède que les appareils de la compagnie ne peuvent voler. En Italie, seuls quelques aéroports sont accessibles et certains problèmes se présentent également en Allemagne.


Avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK