Nouvelles immolations de Tibétains dans des zones rattachées à la Chine

Quatre nouveaux Tibétains ont mis le feu à leurs vêtements dimanche et lundi dans des régions de l'ouest de la Chine où s'exprime une très vive contestation de la tutelle de Pékin, au moins trois d'entre eux décédant de leurs brûlures, a rapporté Radio Free Asia.

Sur ces quatre gestes désespérés, accomplis pour protester contre la répression exercée par les autorités chinoises, deux se sont produits dans la province du Gansu, un dans la province du Qinghai et un dans la province du Sichuan, selon Radio Free Asia, qui cite des résidents ayant contacté des Tibétains en exil.

Le Sichuan et le Qinghai -aux portes de la région autonome chinoise du Tibet- ainsi que le Gansu ont une importante population d'ethnie tibétaine, qui accuse Pékin d'étouffer sa culture et sa religion. Avant l'invasion du Tibet par la Chine, ces régions faisaient partie du "Tibet historique", aujourd'hui dépecé. La région autonome du Tibet ne recouvre plus que le territoire de l'ancienne province du Tibet central (Ü-tsang), l'Amdo et le Kham ayant été rattachées à des provinces chinoises.

L'accès à ces trois provinces est en théorie ouvert à la presse internationale accréditée en Chine. Mais en pratique les journalistes étrangers se voient interdire d'approcher ces zones tibétaines sous très forte tension, où les forces de sécurité chinoises sont déployées en grand nombre.

L'ONG Free Tibet a de son côté confirmé deux suicides de Tibétains dimanche et lundi, ainsi qu'une tentative d'immolation d'un troisième Tibétain, qui a été emmené par les forces de l'ordre peu après s'être transformé en torche humaine. Ni Free Tibet ni Radio Free Asia n'a pu savoir s'il avait survécu.

Parmi ces dernières victimes figure une nonne bouddhiste, âgée de 17 ans selon Free Tibet.

Si les quatre décès sont confirmés, ils porteraient à 66 le nombre des morts par immolation depuis février 2009, sur près de 80 tentatives, en très grande majorité le fait de jeunes moines.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK