Nouvelle variante du coronavirus : il n'y a "aucune preuve que les enfants y soient plus infectés", estiment les experts

"Nous n’avons aucune preuve que les enfants soient plus infectés par la nouvelle souche", a répondu Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral de lutte contre le coronavirus en Belgique à une question sur la possibilité que la nouvelle souche du Covid-19, découverte au Royaume-Uni, soit plus transmissible par les plus petits.

Tandis que les frontières ont été rouvertes avec le pays d’outre-Manche, les regards portés sur cette mutation du virus sont toujours interrogateurs. Parmi les questionnements, l’importance du nombre de cas de cette souche décelés chez des enfants est la source de nombreuses interrogations. "Ce que les Anglais ont constaté c’est qu’ils avaient une augmentation à un certain moment des cas surtout chez les moins de 60 ans et c’est tout à fait normal et nous avons constaté la même chose au début d’une vague", précise l’épidémiologiste.


►►► À lire aussi : Nouvelle souche britannique du coronavirus : "Des mutations du virus sont naturellement attendues", explique Yves Coppieters


Davantage de contacts

Il insiste sur l’importance des contacts sociaux dans la transmission du virus. Toutefois, lorsque le Covid-19 se transmet, il a généralement tendance à se répandre d’abord parmi les couches les plus jeunes de la société puisque ce sont elles qui entretiennent les plus de contacts sociaux, et particulièrement en cette période délicate où le virus continue de circuler malgré une tendance à atteindre un "plateau" en Belgique, où les plus âgés sont appelés à la prudence. "C’est dans la population jeune que les cas augmentent dans un premier temps avant d’augmenter chez des personnes plus à risque dans les autres populations chez les personnes plus âgées", ajoute le docteur Van Laethem.

Cette variante inédite du virus dont on entend le nom partout depuis presque un an n’échappe donc pas aux tendances habituelles de circulation de n’importe quel virus. "On a aussi plus de cas au début chez les enfants que dans la population âgée, ce sont des circonstances qu’en Belgique on a bien connues, cela n’a rien à voir avec l’une ou l’autre variante. Nous n’avons actuellement aucune preuve que la variante britannique nous donne une transmission différente chez un public jeune que les autres souches que nous connaissons depuis plusieurs mois", conclut-il.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK