Nouvelle nuit violente du côté de Feluy, 30 interpellations

Il y a donc à nouveau eu des incidents très violents cette nuit du côté de Feluy.  Et cela, tout près de la raffinerie, un endroit que des gilets jaunes bloquent depuis plusieurs jours. Pour la deuxième nuit consécutive, de violents incidents ont eu lieu.

Cette fois, peu de gilets jaunes, mais des personnes encagoulées venues pour en découdre avec les forces de l’ordre. Très organisées, elles ont même, à l’aide de lasers, fait rebrousser chemin à l’hélicoptère de la police. On peut voir ici l'atmosphère qui régnait à Feluy, cette nuit.

 

À l’heure la plus chaude, à peu près 400 personnes recensées

Le gouverneur de la province du Hainaut, Tommy Leclercq, a dressé un bilan de la nuit à trois heures et demie ce matin : "À l’heure la plus chaude, à peu près 400 personnes recensées. 120 policiers ont été dépêchés, essentiellement issus des principales zones de police qui ont par solidarité affecté des hommes à la manœuvre, en plus de la fédérale. Et au sortir de l’opération, il y a un peu moins d’une heure, on a procédé — parce que ce n’est pas le dernier bilan, on verra demain les chiffres affinés — à peu près à une trentaine d’arrestations, plusieurs véhicules saisis, des portables, des mobiles, des GSM en d’autres termes. On va voir à qui on a affaire, quel taux de récidive, est-ce que ces gens sont connus. On a dénombré déjà cinq personnes qui étaient connues des services".

Rappelons qu’un caméraman de la RTBF a été blessé. Notre collègue a été pris à partie par des casseurs et la voiture RTBF a été caillassée. Dans une scène de confusion, notre caméraman s’est ensuite fait mordre par un chien policier.

L’autoroute E19 Mons-Bruxelles (rouverte) est longuement restée fermée dans les deux sens. Durant la nuit, 250 camions ont été bloqués à hauteur du poste frontière de Bois-Bourdon, entre Maubeuge et Mons.

Plus d'une vingtaine d'arrestations et des véhicules saisis

Les forces de police ont procédé à plus d'une vingtaine d'arrestations dans la nuit de mercredi à jeudi dans la province du Hainaut où un plan provincial d'urgence était en place, a confirmé le ministre des Affaires intérieures Jan Jambon. "La police a dû à nouveau intervenir hier soir contre les blocages en Hainaut. Plus d'une vingtaine d'arrestations, et des véhicules ont été saisis", a-t-il communiqué via Twitter.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK