Nouvelle mobilité, pourquoi ont-ils franchi le pas? Il a troqué sa camionnette pour un vélo cargo

Kevin a troqué, il y a deux ans, sa camionnette pour un vélo cargo avec assistance électrique.
11 images
Kevin a troqué, il y a deux ans, sa camionnette pour un vélo cargo avec assistance électrique. - © C. Biourge - RTBF

Comme Christophe avec son monoroue électrique, Kevin a franchi le pas de la nouvelle mobilité il y a deux ans. À l’époque, il a 34 ans et veut se lancer comme serrurier indépendant sur Bruxelles après avoir travaillé 15 ans chez le même employeur.

Pour réaliser son projet, il lui faut un moyen de locomotion. L’achat d’une camionnette se pose, mais son expérience avec la camionnette de son employeur dans les rues de la capitale ne lui laisse pas un bon souvenir. Il ne veut plus perdre la moitié de son temps dans les embouteillages.

Amateur de vélo, il pense alors au vélo cargo, ces vélos équipés d’une grande boîte à l’avant. Après avoir fait le tour des revendeurs et des salons du vélo, son choix se porte sur ce modèle avec assistance électrique (assistance qui s’arrête au-delà des 25 km/h) qu’il a un peu adapté à ses besoins :

Ce vélo cargo pèse 45 kilos à vide. Comptez une dizaine de kilos supplémentaires pour la boîte à l’avant, et ajoutez entre 30 et 40 kg de matériel.

L’angle de braquage est également plus large qu’un vélo. Il faut donc s’y habituer, mais notre cycloserrurier se veut rassurant : "Au début, c’est un peu spécial, mais une fois que l’on s’est habitué, ça va. Ce n’est pas spécialement plus compliqué qu’un autre vélo. Il y a des endroits, c’est vrai où l’on passe moins bien qu’un vélo classique, mais généralement ça va".

Aujourd’hui, il ne regrette absolument pas son choix. Au contraire, il n’y voit que des avantages. N’ayant plus de problème de mobilité, il peut répondre facilement aux urgences et fixer ses rendez-vous sans crainte : "L’avantage pour moi, c’est de ne plus être stressé par mon trajet et de ne pas devoir chercher une place. Par exemple, les principaux fournisseurs en serrures se trouvent pile-poil dans le centre-ville. Déjà y aller en voiture, c’est parfois compliqué, mais se garer, cela l’est encore plus".

Des interventions, notre serrurier en effectue parfois une dizaine par jour. En une seule journée, il peut donc rouler entre 40 et 80 km (environ 1000 km par mois). Raison pour laquelle il a investi dans une deuxième batterie pour son vélo. Son matériel fonctionne également sur batterie, et là aussi il a fallu acheter quelques batteries de réserve. Malgré tout, rouler à vélo plutôt qu’en camionnette est tout bénéfice pour lui : "Le vélo coûte nettement moins cher qu’une camionnette. Je n’ai pas de frais d’assurance, pas d’essence. Pas de frais de parking non plus. Donc tout ça est un grand avantage pour moi aussi".

Déambuler avec son vélo dans les rues de Bruxelles, c’est aussi une publicité gratuite. Un avantage dont il ne soupçonnait pas l’ampleur : "Mon vélo est devenu mon meilleur atout visibilité. Les gens me voient en rue, ils sont attirés par le vélo, me posent des questions, font des photos. Cela m’arrive plusieurs fois par jour, ce qui ne m’arrivait strictement jamais avant en camionnette. C’est un outil de communication formidable !".

C’est d’ailleurs ainsi qu’Anaïs, propriétaire d’un atelier traiteur à Saint-Gilles, a fait appel à lui : "Je l’avais vu passer sur les réseaux sociaux et je l’ai vu passer régulièrement à Saint-Gilles aussi avec sa petite remorque. J’ai juste tapé 'cycloserrurier' sur internet, et je l’ai trouvé. Je trouvais aussi important de soutenir les jeunes entrepreneurs, et le fait qu’il soit en vélo, c’est innovant. Pour moi, c’était une manière de soutenir ce projet-là aussi".

Kevin, en tout cas, roule par tous les temps. Partir à vélo n’est jamais une contrainte. Bien au contraire, quand il en a l’occasion il roule aussi le week-end pour le plaisir. Sa femme a également investi dans un vélo cargo pour transporter les enfants.

Question prix, comptez entre 5000 et 10.000 euros pour un vélo cargo haut de gamme. Et comme pour tous les vélos, que l’on soit serrurier ou non, mieux vaut acheter un bon cadenas.

Reportage du journal télévisé de mercredi à la mi-journée:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK