Nouvel acte raciste pendant un match de foot: des cris de singe lors de Dijon-Amiens

Le défenseur d'Amiens Prince Desir Gouano s'est directement adressé aux supporters racistes pendant l'interruption du match.
Le défenseur d'Amiens Prince Desir Gouano s'est directement adressé aux supporters racistes pendant l'interruption du match. - © JEFF PACHOUD - AFP

Après 77 minutes, Prince Gouano en a eu assez. Visé par des cris racistes – des cris de singe - le défenseur et capitaine de l’équipe d’Amiens a commencé à quitter le terrain et s’est adressé à son banc de touche : "C’est fini, on ne joue plus, je ramène mes coéquipiers, on rentre dans le vestiaire". Solidaires, les joueurs se sont arrêtés et certains, dont Gouano, sont allés discuter avec les supporters. Après plusieurs minutes, le match a finalement repris et s’est terminé sur un match nul (0-0).

Dès hier soir, l’auteur des insultes a été identifié et interpellé. Le club de Dijon a annoncé son intention de déposer une plainte. Ce que ne fera pas en revanche Prince Gouano, qui a expliqué au micro de Canal+ prôner plutôt le pardon pour que cette personne puisse vraiment apprendre.

Plusieurs personnalités politiques françaises, dont la ministre des Sports ou encore le ministre de l’Intérieur ont assuré le joueur victime de ces insultes racistes de leur soutien.

Des incidents qui se multiplient en Europe

Plusieurs matches de football ont été émaillés d’incidents semblables ces derniers mois. Lors de la victoire de la Juventus de Turin à Cagliari la semaine dernière, deux joueurs turinois, le français Blaise Matuidi et l’italien Moise Kean avaient eux aussi été victimes de cris de singe. Quant à l’international égyptien Mohamed Salah, l’attaquant vedette de Liverpool, il était qualifié de "poseur de bombes" dans un chant entonné par plusieurs "supporters" de Chelsea. En décembre, l’Inter de Milan a été sanctionné de deux matches à huis-clos après des cris racistes à l’encontre du défenseur sénégalais de Naples Kalidou Koulibaly, le même joueur déjà visé par des insultes racistes quelques semaines plus tôt par des supporters de la Juventus de Turin

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK