Nouveau scandale dans l'Église catholique: 300 prêtres accusés de pédophilie

Au moins un millier de victimes, 300 prêtres impliqués, sur une période de 70 ans : les chiffres du nouveau scandale de pédocriminalité dans l'Église catholique, aux États-Unis, donnent le tournis. L'affaire est sortie ce mardi, révélée par un rapport instruit par le ministère public, et émis par un grand jury, une institution aux USA qui a le pouvoir d'entamer une procédure officielle sur des actes criminels potentiels.

Épais de 884 pages et rendu public par le procureur général de Pennsylvanie, Josh Shapiro, ce dossier est le fruit de deux années d'enquête. Selon son rapporteur, il est le rapport le plus exhaustif jamais rédigé aux États-Unis sur les abus commis par des prêtres catholiques.

Des prêtres violaient des petits garçons et des petites filles. Ils ont caché tout cela des décennies durant

Il se fonde sur des documents internes de l'Église catholique, des archives conservées par les diocèses, comme des confessions manuscrites par exemple. Ses conclusions sont formelles : "Il s'agissait d'abus sexuels sur des enfants, des viols notamment, commis par des adultes, des prêtres", a détaillé Josh Shapiro lors d'une conférence de presse. 

Le procureur général a évoqué le cas d'un enfant de chœur à qui l'on a ordonné de se dénuder et de poser comme le Christ sur la croix avant d'être pris en photo. "Des prêtres violaient des petits garçons et des petites filles. Ils ont caché tout cela des décennies durant", a-t-il affirmé.

La foi utilisée "comme une arme"

Le procureur a également cité l'exemple d'un prêtre qui a abusé de cinq sœurs d'une même famille et pour lequel le diocèse a négocié l'abandon de poursuites en contrepartie de la signature d'un accord de confidentialité. 

Des prêtres se sont servis de la "foi comme d'une arme" pour faire taire leurs victimes, a expliqué Josh Shapiro, prenant l'exemple de l'un d'entre eux qui aurait décrit à des enfants comment "Marie devait lécher Jésus pour qu'il reste propre après sa naissance", afin d'obtenir des fellations. "On a appris à ces enfants que non seulement, ces abus étaient normaux, mais qu'en plus, ces abus étaient saints", a-t-il déploré.

Couverture "systématique" par les évêques

Le rapport vise 301 prêtres, dont certains sont morts. Seuls deux d'entre eux sont actuellement visés par des poursuites, notamment à cause de la prescription. Plusieurs des hommes incriminés ont fait en sorte que leur nom n'y figure pas mais Josh Shapiro a prévenu qu'il plaidera le 26 septembre prochain afin qu'ils puissent être identifiés.

Les évêques locaux se sont efforcés de couvrir les abus commis par les prêtres pédocriminels en les déplaçant de paroisse en paroisse. "Ils ont permis à des prêtres de rester actifs pour des périodes allant parfois jusqu'à 40 ans." selon Josh Shapiro. Cette couverture était "systématique", et "la dissimulation était sophistiquée", affirme-t-il, mais les "dirigeants de l'Eglise ont recensé les abus et leur dissimulation". Aucun représentant des six diocèses de Pennsylvanie visés dans ce rapport n'a pu être contacté pour commenter ces accusations.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK