Une statue de Léopold II déboulonnée cette nuit à Auderghem : comment les activistes justifient-ils leur action ? (vidéo)

Dans la nuit de jeudi à vendredi, une statue du roi Léopold II a été déboulonnée à Auderghem et des plaques de l’avenue Léopold II ont été effacées à la peinture à Molenbeek. Une dizaine d’activistes ont vandalisé ce qu’ils considèrent être des symboles de la colonisation du Congo et des exactions contre les populations locales.

Le débat sur la décolonisation de l’espace public a repris de l’ampleur en marge de la manifestation contre le racisme de dimanche dernier.

Certains estiment qu’il faut maintenir les statues et les accompagner d’explications. D’autres considèrent que ces symboles n’ont plus du tout leur place dans l’espace public.

La RTBF était présente quand les activistes ont vandalisé la statue à Auderghem.

Héritage colonial

Des coups massues, violents et répétés sont frappés pour faire vaciller le socle. La statue finit par s’effondrer. Le buste du roi Leopold II est à terre.

C’est une action choc et un acte de vandalisme. Les auteurs s’exposent à de lourdes poursuites judiciaires. Ils justifient leur action par la lassitude : "Il y a trop de symboles du colonialisme à Bruxelles. Cela fait des années que l’on milite et qu’on essaie de se faire entendre par rapport à cela. On a l’impression de prêcher dans le désert, de dire des choses et qu’on ne nous écoute pas".

L’actualité a réveillé le débat. Dans le communiqué qu’ils ont préparé, les activistes font référence à la mort de George Floyd : "Les récents événements aux Etats-Unis nous rappellent que le racisme est un fléau important et global. Le racisme est un héritage colonial qui colle à nos êtres, à nos interactions et à nos manières de faire dans la société. Sa violence s’incarne jusqu’aux noms de nos rues, jusqu’au choix des statues qui ornent nos places".

Square du Souverain, la police est venue constater les dégâts durant la nuit. De la rubalise bleue et blanche a été placée pour délimiter l’endroit où se sont produit les faits. La statue est couchée face contre terre, taguée de peinture rouge.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK