Notre soleil connait une période de très faible activité

temporary-20200515025117
temporary-20200515025117 - © Tous droits réservés

"Notre soleil s’est bloqué, ce qui pourrait provoquer un gel, des tremblements de terre et une famine, selon les scientifiques" voilà un article du New York Post qui a attiré notre attention, car cette information pourrait sembler très alarmiste.

Le Dr Tony Phillips, astronome, a déclaré à nos confrères américains : "nous sommes sur le point d’entrer dans la période la plus profonde de récession du soleil jamais enregistrée, les taches solaires ayant pratiquement disparu".


►►► Lire aussi : Le télescope EUI, développé par des chercheurs belges, prêt à observer le Soleil


Toujours selon cet article "les scientifiques de la NASA craignent que ce ne soit une répétition du minimum de Dalton, qui s’est produit entre 1790 et 1830 conduisant à des périodes de froid brutal, de pertes de récoltes, de famine et de puissantes éruptions volcaniques. Les températures avaient chuté de près de 2 degrés Celsius en 20 ans, dévastant la production alimentaire mondiale".

Nous avons posé la question à un spécialiste de l’Observatoire royal de Belgique, Jan Janssens qui admet que le soleil est pour l’instant dans une période de faible activité. "Sans aucun doute la plus faible depuis les 100 dernières années, ça, je peux vous le confirmer". Mais il tempère les propos de Phillips, "quand l’astronome fait référence au minimum de Dalton, il fait référence à une période encore plus lointaine dans le temps et lors de cette période l’activité du soleil était encore 33% moins importantes que maintenant".

Jan Janssens tempère également la corrélation faite dans l’article américain entre activité solaire et tremblement de terre "les tremblements de terre ont certainement joué sur la baisse des températures en cette période de 1790 à 1830. Mais lier l’apparition de ces tremblements de terre à la diminution de l’activité solaire, lui semble un peu hâtif".