Notre printemps "pourri" s'explique par un événement météorologique qui a démarré cet hiver

Depuis quelques semaines, personne n’échappe aux averses, au ciel gris et aux températures beaucoup trop fraîches. Est-ce un phénomène exceptionnel ce printemps ? À quoi s’attendre pour les prochaines semaines ? Pour expliquer cette météo tristounette, il faut se rappeler ce qui s’est passé cet hiver avec le fameux vortex, ce dôme d’air froid qui se trouve au-dessus des pôles. Début janvier, il s’est fissuré avec des températures très basses. Xavier Fettweis, climatologue à l’ULiège, éclaircit cela au micro de La Première.

Les événements de cet hiver influencent notre printemps actuel ?

"Autour du vortex, il y a un grand courant atmosphérique qui s’appelle le jet stream. Normalement, ici, la circulation de l’air se fait d’ouest en est. Mais quand le jet stream commence à osciller, on a une circulation sud-nord ou nord-sud. Ici, pour le moment, on a une circulation globalement nord-sud, donc on a de l’air froid tout le mois d’avril et ici encore au cours du mois de mai.

On a de l’air froid tout le mois de mai. Et cette situation doit continuer

Concrètement, à cause du crash du vortex début janvier, le jet stream s’est mis à osciller et à descendre à des latitudes beaucoup plus basses au mois de février, puis il est remonté beaucoup plus haut vers le nord. Cet hiver-ci, on a donc eu une succession d’invasion d’air froid et d’air très chaud. On a même eu de l’air froid arctique pendant tout le mois d’avril, qui a notamment refroidi la mer du Nord et le Nord Atlantique. Ici, au mois de mai, le jet stream est toujours plus bas que nos latitudes, et comme cet air passe au-dessus d’un océan qui est plus froid que d’habitude, on a de l’air froid ici tout le mois de mai. Et cette situation est prévue de continuer."

Pourquoi ce vortex s’est-il fissuré au mois de janvier-février ?

"C’est difficile à dire, c’est quelque chose qu’on ne sait pas expliquer. Ça n’arrive pas chaque année, ce n’était pas le cas l’hiver précédent. C’est la bonne question : est-ce que le réchauffement climatique va favoriser ou pas ce genre de crash ? Les observations semblent suggérer que oui, mais les modèles suggèrent plutôt le contraire. La question reste donc 100% ouverte."

Chez nous, le printemps est un peu pourri. Mais ailleurs, certains connaissent au contraire des conditions assez exceptionnelles ?

"Oui, parce qu’en Europe de l’Est, le jet stream est remonté nettement au nord, notamment en Finlande et au nord de la Russie, où il fait 32 degrés et où les premiers feux de forêt ont commencé à avoir lieu. Il fait beau et beaucoup plus chaud là-bas que chez nous."

Le mois de juillet s’annonce pour le moment chaud

Ce printemps assez frais et humide augure-t-il d’un été du même acabit ?

"A priori, ça ne veut rien dire. Pour le moment, les prévisions saisonnières suggèrent un mois de juin relativement normal. Par contre, le mois de juillet s’annonce pour le moment chaud, ensoleillé et sec. Le mois d’août s’annonce aussi plus chaud en moyenne. Les pluies qu’on reçoit maintenant sont une bonne chose et vont permettre de remplir les nappes aquifères".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK