Notre cerveau fonctionne-t-il "à l'insu de notre plein gré"?

Le processus de décision humain serait largement opéré par une activité mentale inconsciente.
Le processus de décision humain serait largement opéré par une activité mentale inconsciente. - © ERNESTO BENAVIDES - AFP

Un constructeur chinois qui introduit l’intelligence artificielle dans ses smartphones a commandité une étude sur les similitudes entre le cerveau humain et l'intelligence artificielle. Réalisée par Lightspeed Research, cette étude tire le constat que l’être humain (européen) n’est conscient que de 0,26 % des décisions prises par son cerveau. 99,74% de nos décisions sont prises à l’insu de notre plein gré.

Etrangement, le cerveau humain prendrait près de 35 000 décisions par jour, alors que les personnes interrogées estiment n’en prendre que 92 sur toute une journée.

Pourquoi un constructeur de smartphones s’intéresse-t-il à ce phénomène ? Parce qu’il vient de lancer un processeur (Kirin) à intelligence artificielle intégrant une unité de traitement  neural. Elle introduit la logique floue, c’est-à-dire la probabilité, dans les calculs jusqu’à présents 'bêtement' binaires des processeurs.

L’étude révèle aussi que 47% d’entre nous veulent que leur frigo dise ce qu’il renferme à l’intérieur.

À la question "Combien de décisions concernant la nourriture prenez-vous par jour ?", la réponse moyenne européenne est de sept décisions. Cela tombe à six pour les Belges. Selon l’étude, nous prenons en réalité chaque jour près de 221 décisions sur la nourriture. Ce qui prouverait que le cerveau bénéficie d’une réelle autonomie.

Le cerveau belge plus autonome que les autres ?

Une question qui nous interpelle davantage est le nombre de fois que nous regardons notre téléphone. Cette fois, la moyenne des réponses est de 22. En Belgique, nous estimons ce nombre à 17,5. En réalité, ce serait 76 fois. Et cette sous-évaluation des décisions ou des actes porte sur tous les comportements humains jusqu’au plus insignifiant, comme le simple fait de se préparer un thé. Les Européens estiment prendre 3,1 décisions par jour sur ce sujet. Chez les Belges, cela tombe à 1,9 décision par jour. En réalité, nous en prenons 65.

Cet écart apparaît aussi lorsque nous nous habillons. L’Européen pense prendre huit minutes pour décider ce qu’il va porter, contre six minutes pour le Belge.  Bizarrement, l’étude assure que notre cerveau y passe 17 minutes par jour. Qui aurait cru notre cerveau aussi 'fashion addic'?

Mais surtout, nous dépensons dix fois plus de temps pour répondre à nos mails que nous ne le croyons. Le Belge considère qu’il  lui faut 1h47 (par semaine et au bureau) pour traiter ses mails alors que la réalité serait plus proche de 1,320 minutes par semaine. Dans la même veine, le temps hebdomadaire passé à faire des courses ne serait pas de 1h37, mais de 3h02, soit le double.

Ce qui est paradoxal est que l’estimation du temps mis pour se rendre au bureau ou à l’école. Une estimation très proche de la réalité: 135 minutes estimées, soit dix minutes de moins que dans la réalité. Ce qui s’expliquerait par le sentiment de perte de temps lié aux transports.

Comment expliquer cette différence?

Selon Paul Dolan, Professeur de science comportementale (London School of Economics and Political Science), cette étude démontre que, contrairement à ce que l’on croit, l’esprit automatique traite de nombreuses données de manière  inconsciente. Le processus de décision humain serait donc largement opéré par une activité mentale inconsciente. "Nous créons des habitudes pour éviter à nos pensées d’être submergées par des tâches routinières."

Selon lui, ce constat permet de réaliser le pouvoir de l’esprit humain, mais aussi le potentiel de l’intelligence artificielle qui imite le processus de décision inconscient de l’être humain. Rassurant ou effrayant ?

L’étude a été menée par Lightspeed Research en novembre 2017 dans dix pays européen, dont la Belgique.

Pour voir de belles images du cerveau humain, cliquez ici.