Nos mots de passe sont beaucoup trop faibles

Nos mots de passe sont beaucoup trop faibles
Nos mots de passe sont beaucoup trop faibles - © Lightcome - Getty Images/iStockphoto

Nos mots de passe sont faibles, beaucoup trop faibles selon le Centre pour la Cybersécurité Belgique. Pire encore, les Belges utilisent régulièrement le même mot de passe pour plusieurs comptes en ligne : mail, réseaux sociaux, achats en ligne. Le Centre pour la Cybersécurité Belgique lance donc une campagne pour un changement majeur dans nos habitudes : le passage à l’authentification à deux facteurs.

C’est une pratique courante, avec la multiplication des comptes en ligne, 15% des internautes utilisent un seul et même mot de passe pour tous leurs comptes. Il s’agit souvent de mots de passe faciles à retenir et donc souvent faibles en termes de sécurité informatique.

azerty, motdepasse, 123456, lol123

Parmi le top 30 des mots de passe le plus souvent utilisés, on retrouve azerty, motdepasse, 123456. Inutile de dire que ces mots de passe constituent un jeu d’enfant pour les pirates informatiques. Olivier Bogaert, commissaire à la Federal Computer Crime Unit, rappelle l’importance d’un bon mot de passe : "Les mots de passe sont les clés de votre logement virtuel. Ce sont eux qui vous permettre d’accéder à votre coffre-fort".

Pour se faire une idée, il suffit d’une seconde pour pirater un mot de passe de quatre signes. Ce délai passe à une semaine pour un mot de passe de 10 signes.

L’authentification à deux facteurs

Pour éviter les piratages, le Centre pour la Cybersécurité Belgique conseille plusieurs méthodes. Le directeur du CCB, Miguel De Bruycker : "Nous conseillons d’utiliser différents mots de passe et de les gérer via un gestionnaire de mots de passe en ligne". Il précise sa pratique personnelle : "Je ne connais qu’un seul mot de passe, celui de mon gestionnaire de mots de passe. Il a généré des mots de passe sûrs de plus de 20 signes pour tous mes comptes", se satisfait-il.

Le CCB conseille aussi l’authentification à deux facteurs, une méthode connue par 33% des internautes. Il s’agit de prouver son identité en combinant deux critères. Un élément que vous seul connaissez comme votre mot de passe. Un élément que vous seul détenez comme votre téléphone. Un élément qui fait partie de vous comme votre empreinte digitale.

Cette double authentification permet d’éviter le vol de données. Et comme le conclut Inti De Ceukelaire, hacker éthique, "il n’y a rien de plus frustrant pour un hacker de constater, après l’euphorie du piratage d’un mot de passe, que la cible a activé l’authentification à deux facteurs".

Plus de conseils à trouver sur le site : https://campagne.safeonweb.be/fr

Cybersécurité Belgique: JT du 19/08/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK