Non, le vin ne protège pas contre le Covid

Le vin ne permet pas de protéger les individus contre le coronavirus.
Le vin ne permet pas de protéger les individus contre le coronavirus. - © skaman306 - Getty Images

Le vin est-il le nouveau remède miracle contre le Covid ? L’information a fait le buzz chez nos voisins français et on ne parle plus que de cela dans les vignobles. Mais pas si vite, le titre initial de l'article à l'origine de cette fausse actualité a été modifié par le site qui s'est fait l'écho de façon détournée d'une étude scientifique.

C’est un magazine français qui traite de l’actualité agricole en France qui a été le premier à sortir "l’info". Intitulé "une nouvelle étude confirme que le vin protège du Covid-19", l’article explique que "l’acide tannique présent dans le raisin et le vin inhibe deux enzymes clés du coronavirus"C’est cette réaction qui aurait pour effet d’empêcher "le covid de pénétrer dans les cellules humaines."

Le lobby du vin à l’origine

Peut-on dès lors en conclure que boire du vin serait un moyen de nous prémunir contre le Covid ? "Certainement pas !", s’insurge le professeur Axel Khan, médecin et généticien français. "J’ai été interpellé par cette soi-disant information et je m’y suis intéressé de plus près. D’abord il faut savoir que c’est une communication qui provient du lobby du vin."


►►► Vous voulez vérifier une info ou consulter les derniers articles de fact checking ? : Rendez-vous sur Faky, la plateforme de la RTBF pour lutter contre la désinformation


Et de fait, derrière cette information, on retrouve Vitisphère, un site qui traite de l’actualité de la vigne et du vin qui se présente comme un lieu "d’informations et de mise en relation pour les professionnels de la vigne, de l’œnologie, du commerce et du marketing du vin. "

"Rien n’indique que ce soit pertinent. Il s’agit pour moi, ni plus ni moins d’une grossière manipulation des lobbyistes."

Pour Axel Khan, cela remet déjà les choses en perspective. D’autant que la revue scientifique d’où est extrait cet article ne dit pas cela et que les études sont toujours en cours. "Comme je suis quelqu’un de sérieux, je suis allé voir de plus près l’étude mentionnée qui est publiée dans la revue 'International Journal of Internal Medecine'".

Selon le médecin français, elle a été réalisée par une équipe de Taiwan spécialisée dans les polyphénols "des molécules que l’on retrouve dans les fruits et les breuvages réalisés à base de fruits". "Et comme vous le savez certainement, précise-t-il non sans humour, le vin est fait à base de raisins fermentés."

Grossière manipulation

Mais, à y regarder de plus près, ces chercheurs ne font qu’indiquer que "l’un de ces polyphénols, l’acide tannique, interagit avec l’un des éléments du récepteur du virus COV2". Il s’offusque : "C’est tout ! Rien n’indique que ce soit pertinent. Il s’agit pour moi, ni plus ni moins d’une grossière manipulation des lobbyistes."

La désinformation autour du covid est courante mais pour Axel Khan, c’en est trop ! "J’ai poussé un coup de gueule sur cet article. On annonce comme cela 'urbi et orbi' que le vin protège de la Covid ! C’est grossier et ce qu’il l’est encore plus c’est que presque la totalité des radios et télévisions ont repris la nouvelle… Elle est quasiment passée au journal de 20 heures."

Depuis, le titre de l’article a été modifié pour être plus en adéquation avec son contenu : "Une nouvelle étude étaye l’hypothèse d’un effet protecteur des composés du vin contre la covid-19". Plus nuancé, il a remplacé le titre initial. 

"Suite à des retours de lecteurs, le titre initial de cet article a été modifié pour mieux refléter son contenu. Soit un résultat in vitro concernant une molécule du vin.", précise à présent le site Vitisphère.

Vin et confinement

Donc, non, n’en déplaise aux amateurs de Bordeaux ou de Bourgogne, le vin n’est pas le remède miracle contre le Covid. En tout cas, ce n’est pas prouvé scientifiquement.

En revanche, ce qui est sûr c’est que l’épidémie de coronavirus a dopé les ventes de vin ces derniers mois. Mais cela, c’est surtout effet du confinement qui a entraîné une hausse de la consommation de l’alcool. Rien avoir donc avec un pseudo-effet miracle pour lutter contre la pandémie.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK