Non, l'efficacité du vaccin AstraZeneca n'est pas réduite à 8% sur les seniors : "C'était une erreur d'interprétation"

Un infirmier à la retraite injecte une dose de vaccin AstraZeneca à un patient à Blackpool (nord-ouest de l'Angleterre) le 25 janvier 2021
Un infirmier à la retraite injecte une dose de vaccin AstraZeneca à un patient à Blackpool (nord-ouest de l'Angleterre) le 25 janvier 2021 - © Peter Byrne

C’est le ministère de la Santé allemand qui l’affirme désormais : les "révélations" de deux journaux allemands sur une efficacité réduite du vaccin AstraZeneca sur les plus de 65 ans sont erronées, et basées sur de mauvaises interprétations des résultats fournis par la firme pharmaceutique.

Le journal Bild Zeitung et le quotidien économique Handelsblatt ont affirmé lundi soir que le gouvernement allemand doutait de l’efficacité du vaccin contre le Covid-19 d’AstraZeneca, développé avec l’université d’Oxford, sur les personnes âgées de plus de 65 ans. Le journal avance que la coalition d’Angela Merkel s’attend à ce que le vaccin AstraZeneca/Oxford, qui devrait recevoir vendredi le feu vert réglementaire de l’UE, ne soit pas homologué pour les plus de 65 ans.

Handelsblatt, qui se réclame de sources gouvernementales, est allé jusqu’à affirmer que Berlin ne tablait que sur une efficacité de 8% pour cette classe d’âge.

C’est cette déclaration en particulier qui a étonné le monde scientifique et médiatique ce lundi, et a été démenti par le laboratoire pharmaceutique britannique : "Les articles selon lesquels l’efficacité du vaccin AstraZeneca/Oxford ne serait que de 8% chez les adultes de plus de 65 ans sont complètement faux", a indiqué un porte-parole d’AstraZeneca dans une déclaration transmise à l’AFP.


Lire aussi: Pfizer: ça veut dire, quoi, un vaccin "efficace à 90%"? Comment calcule-t-on ce chiffre?


 

Le laboratoire britannique, dont le vaccin est déjà autorisé et largement déployé au Royaume-Uni, explique encore dans son communiqué avoir publié en novembre des données scientifiques, dans la revue The Lancet, "démontrant que les personnes âgées ont montré de fortes réponses immunitaires au vaccin, 100% d’entre elles ayant généré des anticorps spécifiques après la deuxième dose".

Ce mardi, c’est le ministère de la Santé allemand qui vient appuyer ces dires : il a publié un démenti de cette efficacité prétendument réduite, précisant qu’il s’agit "d’une mauvaise interprétation des données".

Plusieurs journalistes ayant voulu vérifier l’information émettent l’hypothèse que l’on a confondu pourcentage d'efficacité et pourcentage de la classe d'âge des plus de 65 ans incorporés dans l'étude.

Un trop faible échantillonnage peut être considéré comme un handicap pour valider les résultats exacts de l’étude. Il n’en remet pas pour autant en question une efficacité démontrée du vaccin. Mais pas au même point que le vaccin Pfizer, affichant des résultats de 90%.

Le vaccin AstraZeneca a obtenu lui un honorable bulletin de 70%.

Mais combiné à un échantillonnage plus faible, et à des problèmes de protocole dans l'administration des doses (AstraZeneca aurait testé lors d’une phase l’inoculation d’une dose entière, suivie d’une autre dose entière, et lors d’une autre phase, à la suite d’une erreur, l’inoculation d’une faible dose suivie d’une dose standard), on s’attend à ce qu’il ne soit pas "recommandé" pour la vaccination des plus de 65 ans, mais plutôt pour la vaccination grand public.

Les vaccins Pfizer et Moderna, plus coûteux et demandant plus de logistique seraient eux privilégiés pour cette classe à risques.

Vaccins AstraZeneca: retard dans la livraison (JT 23/01/2021)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK