" Noir Jaune Blues, et après ? " à Uccle : Séverine, restauratrice tisseuse de liens

« Noir Jaune Blues, et après ? » à Uccle : Séverine, restauratrice tisseuse de liens
« Noir Jaune Blues, et après ? » à Uccle : Séverine, restauratrice tisseuse de liens - © Sylvain Piraux - LESOIR

Séverine est la patronne de la brasserie " Le Parvis ", à quelques mètres du Parvis Saint-Pierre. Elle décrit son restaurant comme un "établissement de ralliement et de sécurité" : " Les gens savent que c’est ouvert tous les jours. Ils savent aussi qu’ils vont toujours trouver une tête qu’ils connaissent. Je pense que les gens ont vraiment besoin d’un endroit comme cela, où ils peuvent se poser sans se poser de questions."

Sa brasserie est un peu à l’image d’Uccle, commune qu’elle définit de la manière suivante : "Il y a un vrai esprit village, les habitants se connaissent et se croisent. Ce ne sont pas des anonymes." Et ce ne sont pas les habitués du lieu qui diront le contraire. Henriette, 84 ans, va y manger presque tous les midis et cela l’a aidée à tenir le coup après la mort de son mari, il y a quatre ans.

La principale préoccupation de Séverine ? Le stationnement compliqué dans le quartier. Elle s’inquiète aussi du déménagement de la maison communale, qui lui amène une clientèle de passage. ​

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK