Noir Jaune Blues, et après? À Braine-le-Comte, jour 3: soucis de mobilité et transition écologique

Me voilà à mi-Parcours de mon immersion brainoise et chaque jour amène son lot de surprises. Souvenez-vous de Jean, qui mardi était sorti de chez lui à ma recherche lorsqu’il avait entendu parler de l’opération Noir Jaune Blues. Aujourd’hui, il avait pressenti que j’allais me rendre sur le marché hebdomadaire et il m’y a attendu avec un aquarelle du bois de la Houssière. Un souvenir de la campagne brainoise pour me remémorer cette semaine d’immersion ici. Merci à lui.

Toujours accompagnée de Daniel Couvreur du Soir et de son photographe Dominique Duchesnes, nous avons continué à nous faire interpeller. Nous avons rencontré André Couchard, un Bruxellois qui s’est installé depuis 15 ans. Brainois d’adoption, il est un apôtre de la transition écologique, économique, politique, éducative et sociétale.

3 images
Noir jaune blues, et après? À Braine-le-Comte, jour 3: soucis de mobilité et transition écologique © Tous droits réservés
Noir jaune blues, et après? À Braine-le-Comte, jour 3: soucis de mobilité et transition écologique © Tous droits réservés

J’ai aussi discuté avec Germaine qui m’a fait part de ses soucis de mobilité dans sa rue. Une avenue où la circulation est très dense et où la vitesse des véhicules pose sérieusement problème pour les résidents du quartier.

Ce soir, nous allons " sortir " à Braine. Un concert au café des arts, un bar incontournable tenu par un couple d’octogénaires. Ce sera notre première activité nocturne depuis notre arrivée même si hier nous avons tout même fait la fermeture du bistrot de Michael à 20h.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK