Nizar Trabelsi reste bel et bien en prison

Bientôt la liberté conditionnelle pour Nizar Trabelsi ?
Bientôt la liberté conditionnelle pour Nizar Trabelsi ? - © AFP

La chambre des mises en accusation d'Anvers réforme la décision de libération de Nizar Trabelsi émise fin août par la Chambre du Conseil d'Hasselt. L'ancien footballeur tunisien devenu proche de milieux islamistes avait été condamné pour un projet d'attentat sur la base militaire de Kleine Brogel dans le Limbourg.

Il a fini de purger sa peine de 10 ans de prison depuis le 8 juin dernier. La chambre du conseil d'Hasselt s'était prononcée en faveur de sa libération conditionnelle il y a dix jours. Mais le parquet fédéral avait interjeté appel.

Le hic, c'est que les États-Unis réclament aussi une demande d'extradition portée devant la Cour européenne des Droits de l'Homme.

Son avocat rappelait ce jeudi matin que son client a purgé sa peine: "Maintenant, il n'est détenu que dans cette perspective d'extradition contestée devant la Cour européenne. La Cour a ordonné à l'État belge de ne pas mettre à exécution cette extradition en attendant que le dossier soit examiné par elle". "Et je crois donc raisonnablement qu'il pourrait être libéré sous conditions", confie-t-il.

La chambre des mises en accusation en a décidé autrement. Nizar Trabelsi ne retrouve donc pas la liberté immédiatement. Les motivations seront notifiées ce jeudi après-midi.

Selon ses avocats, Nizar Trabelsi n'est plus l'islamiste qu'il a été et ne se revendique "plus du tout" d'Al-Qaïda. Après dix ans de prison passés en isolement, Nizar Trabelsi dit avoir tourné la page et vouloir retrouver une vie ordinaire.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK