Niqab, hijab, burqa: les confusions sont légion

Niqab, hijab, burqa: les confusions sont légion
5 images
Niqab, hijab, burqa: les confusions sont légion - © BORIS ROESSLER - BELGAIMAGE

Les rédactions hésitent souvent sur la manière d'illustrer une information évoquant une femme voilée. Peut-être à cause de la confusion qui règne autour de ces différents voiles.

Réflexe Niqab est un Tumblr qui relève les erreurs commises dans le choix de photos quand il s'agit de parler d'islam. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que lorsqu'on parle de femmes voilées, les médias sont nombreux à choisir des photos inappropriées au contenu. Pas plus tard que ce mercredi par exemple, le site de Valeurs actuelles utilisait cette image pour parler d’un fait divers impliquant une femme portant un hijab :

L'image utilisée par Valeurs actuelles

L'image en question montre des femmes de Bahreïn qui portent le niqab, et non le hijab.

Pourtant, beaucoup d'éléments permettent de distinguer niqab, hijab, tchador et burqa, les quatre principaux types de voiles islamiques. Explications : 

1. Que dit le Coran à propos du voile ? 

Le voile est antérieur à la révélation du Coran. En réalité, le port du voile est une pratique qu'on retrouvait déjà au XIème siècle avant notre ère chez les Assyriens, et que l'on retrouve également chez les Juifs ou les Romains. Le Coran reprend cette pratique et la codifie, mais il ne préconise pas explicitement le port du voile.

Plusieurs écrits mettant en scène les femmes de Mahomet renvoient néanmoins à cette pratique, comme par exemple le verset 59 de la sourate 33 : "Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grandes voiles : elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allah est pardonneur et miséricordieux".

2. Le hijab : un voile "générique"

"Hijab" est un terme qui peut signifier "voile", "écran", ou "rideau". Il s'agit du voile dans son acceptation large, décliné sous toutes ses formes. Aujourd'hui, on l'emploie surtout pour évoquer le voile islamique le plus répandu, celui qui couvre la tête et les cheveux, mais pas le visage.

Selon les régions du monde, le "hijab" peut être porté différemment : autour du visage entier (comme sur la photo ci-dessous), comme un simple voile qui dissimule la chevelure, ou en tant qu'élément d'un costume plus complet (Indonésie, Inde).

3. Le niqab : le voile qui cache le visage 

Généralement de couleur noire, le niqab masque le visage, à l'exception des yeux. Le niqab est plutôt porté par les pratiquants d'un islam rigoriste, notamment les adeptes du salafisme. Il s'accompagne parfois de gants, de lunettes de soleil ou d'un masque et peut consister en un vêtement recouvrant tout le corps.

Il existe actuellement une controverse sur l'obligation au sein de l'islam sur l'obligation ou non du port du niqab. Certains courants rigoristes estiment qu'il s'agit d'une obligation, contrairement à la plupart des théologiens. 

4. Le tchador iranien

Fréquemment employé pour "niqab", le tchador est un vêtement qui correspond à la pratique du chiisme iranien. Le tchador est à la fois un voile (qui se porte comme le hijab, sans couvrir le visage), mais également une pièce de tissu, sans manches.

À l'origine porté durant la prière, il est devenu obligatoire dans la rue au XVIIIème siècle. En 1936, le shah d’Iran l’a interdit, demandant aux policiers de chasser les femmes qui le portaient. Durant les années septante, les femmes iraniennes portaient des voiles plus légers qui laissaient apparaître leurs cheveux. En 1979, avec l'arrivée au pouvoir de l’ayatollah Khomeiny, le tchador a été remis en vigueur. A l'heure actuelle, le port du tchador n'est pas obligatoire en Iran, un foulard masquant les cheveux et des vêtements dissimulant les formes étant suffisants.

5. La burqa : un vêtement imposé par les talibans afghans

Source de nombreuses confusions, la burqa n'est pas le niqab et inversement. Ce vêtement n'existe que très peu en dehors de l'Afghanistan, sa terre natale.

De couleur bleue, la burqa couvre tout le corps, y compris le visage. Une "grille" de tissu est installée à hauteur des yeux pour permettre de voir. Devenu le symbole de l'oppression subie par les femmes dans des pays aux mains d'islamistes radicaux, ce vêtement n'existerait que depuis quelques décennies, le vêtement traditionnel afghan se rapprochant plus du tchador iranien.

À la fin des années nonante, les talibans, fanatiques islamistes, ont profité de leur arrivée au pouvoir pour imposer le port de la burqa. Les motifs d'une telle obligation étaient différents de ceux du Coran : on ne voile pas la femme pour sa protection, mais pour éviter aux hommes de céder à la tentation.

Florence Bonkain avec Le Monde

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK