Nids de guêpes : les pompiers débordés par les appels

 Le printemps relativement doux a favorisé la prolifération des insectes. "Je détruis entre 10 et 15 nids par jour" explique Benjamin Bistiaux, un indépendant qui s’est spécialisé il y a cinq ans dans la lutte contre les nuisibles. Depuis début juin, les appels de particuliers se multiplient. Le téléphone sonne : "Vous pourriez intervenir quand ?" demande un client au bout du fil.

Pas une priorité pour les pompiers

 Aucune caserne n’est épargnée. Dans la zone de secours Nage, seuls les nids qui présentent un danger sont traités en urgence. "Ça reste une mission des sapeurs-pompiers mais on effectue la destruction de nids essentiellement en soirée" explique Olivier Gilson, le porte-parole de la zone. Vu le nombre d’appels, il faut prendre son mal en patience : "Les délais peuvent atteindre les sept à huit jours" admet Olivier Gilson.

Les privés plus rapides et moins chers

 Les indépendants sont de plus en plus nombreux sur le marché. Ils pratiquent des tarifs nettement inférieurs à ceux des services de secours. Benjamin Bistiaux de "SOS guêpes" facture, par exemple, sa prestation entre 65 à 70 euros contre plus d’une centaine d’euros au moins pour les pompiers. Côté délai, c’est aussi nettement plus avantageux puisqu’il intervient actuellement dans les 24 heures.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK