New-York: quand des présentatrices TV "trop vieilles" contre-attaquent

Cinq présentatrices de télévision ont attaqué en justice, ce mercredi 19 juin, la chaîne locale New York 1. Toutes affirment avoir été écartées au profit de journalistes plus jeunes ou masculins. Elles dénoncent une discrimination tenace contre les femmes plus âgées à la télévision.

Elles sont donc 5, de 40 à 61 ans à estimer avoir été progressivement mises de côté depuis le rachat de leur chaîne par une entreprise de communication.

Elles ont donc décidé de porter plainte car, depuis le rachat, leur présence à l’antenne aurait été substantiellement réduite et des missions de reportage à haute visibilité leur ont été retirées au profit de nombreuses femmes plus jeunes et hommes avec beaucoup moins d’expérience.

Malgré leurs nombreuses plaintes auprès de la direction – masculine- rien n’aurait bougé, pire, elles affirment avoir été traitées avec mépris.

Et pourtant ces femmes n’ont rien à se reprocher : elles ont toutes reçu, à un moment ou à un autre dans leur carrière, des trophées récompensant leurs qualités professionnelles.

 


 

►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe


L’une d’entre elles est même LE visage le plus connu de la chaîne. Roma Torre, 61 ans, travaille à New York 1 depuis son lancement, en 1992.Après avoir été déposer plainte, elle est venue présenter les informations, comme tous les mercredis. Elle explique aux agences de presse que ses heures de présentation en journée, les plus convoitées, lui ont été progressivement rognées depuis 2017 au profit d’un homme et d’une femme beaucoup plus jeunes.

2 images
New-York: quand des présentatrices TV "trop vieilles" contre-attaquent © Tous droits réservés

Lancement d’une campagne sur les réseaux sociaux

Dans un communiqué, la chaîne a balayé d’un revers de main ces accusations, expliquant avoir pris les allégations des cinq femmes au sérieux, mais ne pas les avoir trouvées justifiées après les avoir examinées.

Loin de vouloir en rester là, les 5 journalistes ont lancé une campagne sur les réseaux sociaux, sous le mot d’ordre #BroadcastWomen, afin de se battre pour toutes les femmes qui ont atteint un certain âge et qu’on a intentionnellement marginalisées.

Cette campagne vient s’ajouter à une initiative lancée en 2016 par l’association nationale des annonceurs, intitulée #SeeHer, dans le but d’arriver à une représentation des femmes dans les médias et la publicité plus fidèle à la réalité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK