Netflix sur le point de s'autofinancer tout en atteignant la barre des 200 millions d'abonnements payants

Netflix va parvenir à s'autofinancer tout en atteignant la barre des 200 millions d'abonnements payants
Netflix va parvenir à s'autofinancer tout en atteignant la barre des 200 millions d'abonnements payants - © Alexander Heinl - BELGAIMAGE

Netflix a fini 2020 avec 203,7 millions d’abonnés payants dans le monde, après une année favorable marquée par la pandémie et les confinements, et malgré une compétition accrue avec de plus en plus d’acteurs dans le milieu.

Le leader du streaming vidéo payant a annoncé mardi avoir engrangé 37 millions d’abonnements supplémentaires sur toute l’année 2020. Avec plus 28 millions de nouveaux abonnés de janvier à septembre 2020, suivi de 8,5 millions au quatrième trimestre, signe que la plateforme continue de gagner des parts de marché même si ce n’est plus au même rythme qu’au printemps dernier.

Le chiffre de janvier à septembre est à lui tout seul supérieur au total des abonnements gagnés en 2019 par Netflix, mais légèrement en dessous des prévisions 2020 du géant du streaming vidéo.


►►► À lire aussi : Netflix, grand gagnant prudent du "Grand confinement"


"Nous sommes très proches de parvenir à une trésorerie positive", a en outre annoncé le groupe dans son communiqué de résultats. "Nous pensons que nous n’avons désormais plus besoin d’investissements extérieurs pour financer nos opérations au quotidien".

Alors que les cinémas ont été obligés de garder portes closes une grande partie de l’année, le streaming pouvait continuer sur sa lancée, au point d’inquiéter avec un titre de potentiel "remplaçant" pour des sorties qui peinent parfois aussi à être diffusées faute de cinémas ouverts.

Pas loin de 16 milliards de dollars investis depuis le début de la plateforme, Netflix serait donc capable de s’autofinancer. Un portefeuille de bon augure pour les futures productions comme ses séries, qui en 2020 représentaient neufs des dix plus recherchées sur Google au niveau mondial.

Le titre de Netflix bondissait de plus de 10% à Wall Street lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse. Au quatrième trimestre 2020, la société californienne a dégagé un bénéfice net de 542 millions de dollars – inférieur de 40 millions à celui d’il y a un an – pour un chiffre d’affaires de 6,6 milliards, en hausse de 21,5%.

Netflix s’impose malgré une concurrence qui s’intensifie

En deux ans, Netflix a quasiment doublé son nombre d’abonnés, passant de 111 millions début 2018 à près de 204 millions fin 2020. Le revenu moyen par abonnement a progressé de 9,88 dollars à 11,02 dollars, souligne l’entreprise. En Belgique les prix ont aussi évolué à la hausse de 1 ou 2 euros (en fonction des abonnements) en janvier 2020.

Une augmentation déjà justifiée à l’époque par les "investissements substantiels dans de nouvelles séries et de nouveaux films, ainsi que dans l’amélioration des produits. Nous prévoyons beaucoup de productions en Belgique". Cette tendance à l’investissement devrait donc bien se confirmer et prolonger grâce à l’équilibre d’autofinancement évoqué plus haut.


►►► À lire aussi : Quand une série Netflix booste les ventes de jeux d’échecs


L’an dernier, comme de nombreux autres géants des technologies, la plateforme a largement bénéficié des restrictions de déplacement imposées dans divers pays pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

Mais cela signifie aussi que la concurrence s’est accrue, comme avec l’arrivée de avec Disney + (arrivée en Belgique en septembre 2020), qui a dépassé les 85 millions d’abonnés en un an. Un second concurrent presque direct a déjà dépassé les autres services du genre comme Amazon Prime, Hulu, Youtube Premium ou encore Apple TV +, sans compter les BeTv ou Canal + présents sur le marché depuis de longues années. Et la concurrence devrait encore s’étoffer avec l’arrivée en Europe de HBO Max fin 2021.

Netflix: une série relance l'attrait pour le jeu d échecs (JT 24/11/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK